MOTS D’ARBRES D’AU REVOIR


MOTS D’ARBRES D’AU REVOIR

Tu me bruisses papaïne

Extraite de tes secrétions suspendues aux sabliers

Laitances hévéa dévalant les escaliers de ma palette

En prospection minière au fond du feu de la montagne sacrée

Des feuilles aux nervures canalisatrices les gouttes de siccatif se refusent à sécher

Les castors ont été tenus à l’écart du projet de barrage

Ils pourront de leur queue battre le faire sans détourner la voie de nos vaisseaux

Entends-tu comme tu résonnes d’en corps plus loin ?

Hier un nuage a tenté de lever une armée de mercenaires pour renverser le point du jour

Termites en division sur des chevaux mécaniques blindés

Ils sont montés à l’assaut des petites vies vertes pointant aux branches en sommeil

Leurs lances-flammes pointés sur les salles de travail des fruitiers

En vouloir violer les enfants dans le ventre des femmes

Sabres brandis pour étêter les pépinières

Tu as si fortement tremblée de la racine, que tu as fait sauter le couvercle des volcans.

La mer en se renversant est montée si haut que des cabanes serrées les unes contre les autres, ont essaimées des armures bandées de flèches à crever les orages

Les craquements des rotules des branches a faire croire un instant à la fin du monde

Alors que ce n’était que la faim de vivre qui tordait les fûts

Soudain la montagne a monté ses pics de plusieurs étages

La cime mirador coiffée d’un arbre nouveau

Ouvrant des étendues au silence

Pour qu’il fortifie sa musculature en faisant de la fonte aux neiges noircies

S’écoulant

Par les brèches que les cris de Vincent ont percées aux murs de l’hôpital

Quand Léonard est parti en chantant Alléluia…

Niala-Loisobleu – 11 Novembre 2016

52347984

4 réflexions sur “MOTS D’ARBRES D’AU REVOIR

Les commentaires sont fermés.