LETTRES DE PANDORA 4


LETTRES DE PANDORA 4

Bernadette Griot

2 h, Honolulu
Très chère Athéna,
Dans le dédale de l’amour, rien n’est nécessaire que la naïveté
de l’enfant.
La vérité du désir est la force des choses… Le secret de vivre.
Secret qui n’a de mots que ceux qui tremblent et dévoilent
dans leur solitude l’incessant mouvement de ce que l’on ne
sait pas.
Quand les corps se donnent, ils oublient que la langue, sur la
peau des amants inscrit leurs noms. Au jardin du désir, le lieu
de la volupté est un abîme déchiré. L’aimé le sait-il ?
La parole cicatrise, mais les mots ne sont pas dans le sexe qui,
balbutiant, apprivoise ses tempêtes.
Nommer peut tuer, le savez-vous ?
Pandora

______________________________________________

 

Arrivé aux marches du jour qui ne peut plus taire, les lignes du dessin, en se mettant à trembler, débordèrent à sortir du cadre qu’ils croyaient suivre. En proie aux rugissants le niveau dépasse la ligne de flottaison au point d’extrême gîte. Les plats-bords dessalent avec le mobilier, ne laissant à l’odyssée que des corps flottants autour des canots de sauvetage.

Parmi les péris, l’aimé…

lequel était-ce ?

M’aime le ton chaud éteint son accent de l’étoile, en tombant à côté d’une vie qui perd son nom.

On peut tuer aussi en interférant, y avez-vous songé ?

 

Niala-Loisobleu – 10 Novembre 2016

 

 

y

5 réflexions sur “LETTRES DE PANDORA 4

Les commentaires sont fermés.