Requiescunt


Ô pétales
ne vous désunissez pas du baume
restez à l’épine
de l’Amour
piquées de votre sang…
N-L

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

Cimetière de Saint-Girons (Ariège, France), 29 octobre 2016

José Pracana | Lenda das rosas. Linhares Barbosa, paroles ; musique traditionnelle (Fado das horas).
José Pracana, chant et guitare portugaise ; José Fontes Rocha, guitare portugaise ; Francisco Peres, guitare ; José Carlos da Maia, guitare basse. Captation : Lisbonne, années 1970.
Vidéo : RTP (Rádio e televisão de Portugal), années 1970.

Na mesma campa nasceram
Duas roseiras a par
Conforme o vento as movia
Iam-se as rosas beijar.

Sur la même tombe naquirent
Deux rosiers semblables
Le vent les agitait de même
Et faisait se rencontrer leurs fleurs.
Deu uma, rosas vermelhas
Desse vermelho que os sábios
Dizem ser a cor dos lábios
Onde o amor põe centelhas
Da outra, gentis parelhas
De rosas brancas vieram.

L’un donnait des roses rouges
De ce rouge que les sages
Disent être la couleur des lèvres
Que l’amour fait scintiller.
Sur l’autre s’épanouissaient
Des roses…

Voir l’article original 354 mots de plus

Au cynique, le jeu de bile manque totalement d’enfance…


Au cynique, le jeu de bile manque totalement d’enfance…

Transpercé du froid qu’un bord de trottoir expose, mon regard bouquiniste se tend à la chaleur de l’image de ce qui reste de l’humain indélébile.

Sur toute Seine, la vie chalande, promenant ses enfants-affluents en dehors des tarissements de la faune et de la flore. Entre noir & blanc, Pierrot sort les dents de lait du clavier de sa boîte à musique. Pourquoi l’herbe ne serait-elle verte qu’au loin ? Nous n’aurions plus alors d’en vie de déjeuner, parce que repus de gaspillage, jours arrachés par poignées de la chevelure du tant…

Au cynique le jeu de bile manque totalement d’enfance.

Tes blés sont blonds heurs ma Petite-Fille, restée cristal.

Rire dans l’échappement du pot de merde automobile en ta parure corps de femme.

J’ai blanchi du harnais à labourer l’espoir pour nourrir l’âme en première intention.

Et la misère ne fait que proliférer par les soins des marchands de cauchemars, sous-enseigne du rêve et tête de chapitre humaniste

. Sinistre Frankeinstein issu d’un plan de Machiavel.

Sergent-recruteur enrôlant les masses crédules comme le fit autrefois

un nommé Mais Si…

Soit, dans l’embrouille des croyances, j’accorde à l’Homme droit à l’erreur.

Sauf à celle qui est rerererépétée.

L’enfant ne se trompe jamais jusqu’au jour où l’adulte lui dispense l’enseignement qu’il n’a jamais su tirer de l’Histoire…

A part la mandoline où les baratineurs chefs-de-groupe excellent, en quoi nous sont-ils utiles ?

Bientôt le jeu de domine haut va nous effondrer un peu plus.

Je vais faire monter mon moral

de nouveaux rangs en armant

plus fortement l’espoir que je mets

en TOI AMOUR.

Tu es Belle, Nouvelle-Lune

l’alarme de l’espèce

sur l’escarpolette

Reste fraîche de croyance

je te le demande

et joue à vivre

parmi les fleurs !

Niala-Loisobleu – 30 Octobre 2016

9eaf08ce424bb6dc0766c9a185e794f3