Bleu, photo d’un jour passé, à Nuit Blanche d’un Matin Avorté


75d407ae84c100830207537e302d90ba

Bleu, photo d’un jour passé, à Nuit Blanche d’un Matin Avorté

 

« En ces heures ou le paysage est une auréole de vie,et où rêver n’est que se rêver soi même, j’ai élevé, mon amour, dans le silence de mon intranquillité, ce livre étrange où s’ouvrent, tout au bout d’une allée d’arbres, les portes d’une maison abandonnée.

J’ai cueilli pour l’écrire l’âme de toutes les fleurs et, des instants éphémères de tous les chants de tous les oiseaux, j’ai tissé un réseau d’éternité et de stagnation.

Telle la tisseuse, je me suis assis à la fenêtre de ma vie et oubliant que j’habitais là et que j’existais, j’ai tissé des linceuls pour un tiède ensevelissement, dans de chastes toiles de lin destinées aux autels de mon silence.

Et je t’offre ce livre,car je le sais beau autant qu’inutile. Il n’enseigne rien, ne fait croire à rien, ne fait rien sentir. Simple ruisseau coulant vers un abîme cendreux que le vent disperse, et qui n’est ni fertile ni nuisible. »

Fernando Pessoa (Le livre de l’intranquilité)

 

En ces heures où le soleil se mouchète de rousseurs grises aux cernes des abandons

les paupières luttent à faire passer la scène à gué

Les douves du Louvre

auraient bues

la passerelle des Arts

que le buvard n’aurait pas mieux avalé

l’Institut

Est-ce une abstraction d’ô qui tarit mon caniveau

poussant d’un balai de bouleau

les quat’-saisons à l’angle mort de ma rue du Bac

peut-être ai-je rêvé mon existence avant que d’être né

je serais alors déjà mort

sans le savoir

Me connaissant excessif en couleur de folie

rien ne pourrait m’étonner venant de ma part

le vide des autres oblige

Entre un calendrier muet sans dates ni mois ni jours

comment allez-vous lui demander une horloge parlante

disant sans omission chacune de ses secondes par la trotteuse de ses sensation réelles

Bah coup ci coup ça fatigué d’attendre, le ressort du remontoir se grippe

Au loin si loin que rien n’apparaît plus

le jour continue à lever des mercenaires

avant des enfants s’y intercalaient

maintenant on les met aux écoles sous prétexte d’en faire des grands

le mensonge commence tôt

Là où l’amer lèche la motte des Saintes -Marie

une langue de taire dessine en épine la couleur de l’odeur des roses

J’ai dressé bien des pierres aux autels borgnes

mécréant compagnon du chant des rosaces échappées des grandes orgues

une Foi plus bête que l’innocence amarrée au coeur

Mon tramway bleu

ahane en cris électriques à monter les calles du vieux Lisbonne à la recherche

du gardeur de troupeau

le compas électrocuté

par les guitares du fado

du petit pays de mon esprit

traversé par les ailes de Cervantès à do de gamme de Rossinante

Puisqu’il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée

je me dégonde olé à Venise en voyage de noces noires

dernier soupir avant décapitation de l’Arbre de Vie

au terme d’une nuit blanche annoncée par les reflux répétés,

malgré les itératifs SOS envoyés…

Niala-Loisobleu – 29 Octobre 2016