BLANC NOIR SI


10678756_10205078128210322_4919543508581462849_n

BLANC NOIR SI

Balancé d’un nord au sud décalés, voici un bruit d’aile émoi parti dans les allées du vent. Je siffle, par la cheminée. Monte un parfum d’andouille je m’éveille.. Les moules du quotidien monopolisent le passage du soleil, pan-pan la crémaillère. Envie d’être cuit-cuit l’Oiso ?
Sacré bataclan, ça pue le pain des pisses.
Le Boulevard du Crime, ça m’étonnerait que ça parle encore à quelqu’un, sauf s’il reste un ciné fil dans le nécessaire à couture. Peu importe, Les Enfants du Paradis vont devoir se protéger grave, les malaises d’amour n’ont pas besoin de rapport SMT pour surgir. Ils viennent tous seuls vous claquer la gueule en plein dans l’dos, connerie oblige.
Bah, n’aimant pas les cages pour ma part je mettrai que du Barrault à la fenêtre. Une manière sûre pour retrouver d’beaux yeux Vers…
Emmènes-moi ma Garance ! Je m’accroche au Visage de ce rêve-mien, meurtri d’avoir été taiseux, sans dire un mot, cousu des lèvres et d’en avoir rien dit par contrainte quand tu t’es montrée à moi, du bout de tes seins lourds pointant comme des chants pignons dans ta toison luxuriante…
Niala-Loisobleu – 26 Octobre 2016

y-2

9 réflexions sur “BLANC NOIR SI

  1. «un ciné fil dans le nécessaire à couture»
    J’adore ! Ton hôtel du Nord m’enjaille l’atmosphère.
    « du Barrault à la fenêtre » et Madeleine ne renaude jamais devant sa glace.
    ¸¸.•¨• ☆

    Aimé par 1 personne

    • Oui et je n’y ai pas pensé. Pourtant je peste assez contre cette écriture automatique qui met des mots faux à la place des bons….Putain de machine. Merci Celestine !

      J'aime

Les commentaires sont fermés.