Un camp décence…


Un camp décence…

Rien ne se répare sinon les mots
s’il n’y avait pas les mots
il n’y aurait que la mort
mots anti-mort mort anti-mots
rien ne se creuse sinon le lit
où coule l’eau torturée
chaque goutte perdant la vie
en touchant la goutte suivante

et ainsi et ainsi dans le fleuve des mots
qui se nomme Histoire
on se fout pas mal que
réparation soit due aux peuples
jamais ne se regonfleront
les mollets les enfants les martyrs
les morts de faim
un quelconque mai
on peut tirer en leur honneur
des salves d’adjectifs
qui ne les concernent pas
il n’y a que des transferts
jamais de justice
à moins que la douleur ne soit une justice
dans ce cas
plus besoin de mots.

Thérèse Plantier

Alors je revins à la racine de ta pilosité

restait ses gouttes qui font les bébés-nageurs

Alors que le tremble était immobile

d’un coup de rin je fis tout

Et quand ton râle couvrit la forêt bien au-delà de l’Arbre de Vie

me parvint le clapot des feuilles soulevé par tes nageoires

Nous ne sommes et resterons rien que

Nous

race d’Homme de couleurs confondues…

Niala-Loisobleu – 25 Octobre 2016

469925

 

 

 

 

4 réflexions sur “Un camp décence…

Les commentaires sont fermés.