AU BORD DE TIGE


AU BORD DE TIGE

C’étaient rien de ce qui fait l’affiche, la réclame, le must, le clou

ô non, ne me dites pas que la couleur prend naissance au terne

je sais la différence entre la vraie fleur sauvage et l’ornement de vase

Aussi allais-je délester d’une présence le plomb d’un corps-mort happant au fond. A se crocheter aux rochers, sol dur où l’encre se casse l’écriture. On met des bourrelets sous le rai des portes comme on garrotte l’air d’un libre-penseur porteur de lumière. J’aime le blanc de sa peau quand il se marie à son âme, pas le tulle d’un cérémonial  qui étouffe sa virginité. En partant plus loin de ce qui reste de l’écume j’ai laissé ma pensée dire « t’inquiètes je sais que l’on appuie sur ta tête pour te noyer ». Puis j’ai laissé les Muses se remettre en Mémoire.

Niala-Loisobleu – 20 Octobre 2016

kasia-derwinska-photography-5

 

 

 

4 réflexions sur “AU BORD DE TIGE

  1. A interdire les pelouses la nature se fendille tristement, l’aride menace le pied, hôte saison du brame, pas du brahman fervent marcheur dans les clous…
    Merci Célestine.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.