Et c’était encore plus tard…


Et c’était encore plus tard…

Nous avions jeté l’encre

d’un pont entre deux-rives

qui use pas les

Je Nous

en traverse de boue

des lettres des lises

Antre le sort et l’hareng

ce bleu qui du blanc vacille au noir

résultat non venu

d’une analyse de sans

met deux seins en front tiers

en tirant à bout portant  des gueuses

l’embu l’anse en crique…

Niala-Loisobleu – 22 Septembre 2016

 

7 réflexions sur “Et c’était encore plus tard…

  1. Voyage avec Monsieur Monsieur

    Avec Monsieur Monsieur
    je m'en vais en voyage.
    Bien qu'ils n'existent pas
    je porte leurs bagages.
    Je suis seul et ils sont deux.
    
    Lorsque le train démarre
    je vois sur leur visage
    la satisfaction
    de rester immobile
    quand tout fuit autour d'eux.
    
    Comme ils sont face à face
    chacun a ses raisons.
    L'un dit : les choses viennent
    et l'autre : elles s'en vont;
    quand le train les dépasse
    est-ce que les maisons
    subsistent ou s'effacent ?
    moi je dis qu'après nous
    ne reste rien du tout.
    Voyez comme vous êtes !
    lui répond le premier,
    pour vous rien ne s'arrête
    moi je vois l'horizon
    de champs et de villages
    longuement persister.
    Nous sommes le passage
    nous sommes la fumée ...
    C'est ainsi qu'ils devisent
    et la discussion
    devient si difficile
    qu'ils perdent la raison.
    
    Alors le train s'arrête
    avec le paysage
    alors tout se confond.
    

    Jean Tardieu (Monsieur Monsieur, 1951)

    Bon voyage Mari !

    J'aime

Les commentaires sont fermés.