Et c’était encore plus tard…


Et c’était encore plus tard…

Nous avions jeté l’encre

d’un pont entre deux-rives

qui use pas les

Je Nous

en traverse de boue

des lettres des lises

Antre le sort et l’hareng

ce bleu qui du blanc vacille au noir

résultat non venu

d’une analyse de sans

met deux seins en front tiers

en tirant à bout portant  des gueuses

l’embu l’anse en crique…

Niala-Loisobleu – 22 Septembre 2016

 

FENAISON D’INNOCENCE


299fa570ad8a9ff8bb418da600a88634

FENAISON D’INNOCENCE

Pendues en lambris brumeux

les vieilles chandelles plus de mèche avec hier

cirent la froideur d’un extérieur se tenant bien caché

La charrette a saigné l’herbe tendre

de deux ornières

tirée d’une sève de sanguignon

Vers est rouge

faites vos je

on ne passe plus

Déguisé en art régné

un mille-pattes bleuit l’arcade sans source y est du plus courant

Qu’importe les cris des musettes, les musiques des vins blancs, les vagues en remous de bulles pas pâles, les champêtres matins d’orages crevés au bord d’une éponge à effacer la craie d’un calcaire de tartre à la crème, les foulures de chevilles, les entorses de tenons, la petite mort t’aise à héler le rabot pour tirer la languette de la chevillette qui chérira des membres unanimement unanimes. Manifestement solide air. Une cabane au retrait de l’alinéa, hors marge, la note « Très bien, ne peut mieux faire »

C’est du silence

un immense assemblage

selon que tu seras puits sang ou misérable amant de passage

Coeur croisé

le rouge-gorge

a chanté.

Ah que la lune est belle, vierge de squats indélicats

Vive la marée !

Ma campagne-maritime est à l’amer des navigants

Petit grain bleu-horizon

la pelle ouvre un sillon

pour germer l’innocence ailleurs

qu’au sillon de la fusion sans combinaison

Niala-Loisobleu – 22 Septembre 2016

163-1-sec-before-the-great-flood