LE CIMETIERE DES ELEPHANTS


LE CIMETIERE DES ELEPHANTS

 C’est pas perdu puisque tu m’aimes
Un peu moins fort, un peu quand même
J’suis ta solution sans problème
Gadget évident
Mais toi maintenant
Tu veux plus en jouer
Faut m’garder et m’emporter
J’suis pas périssable
J’suis bon à consommer
Te presse pas tu as tout l’temps
D’m’emm’ner au cimetière des éléphants
Faut m’garder et m’emporter
J’prendrai pas trop d’place
Promis, craché, juré
Quand j’serai vieux, j’te f »rai le plan
D’chercher le cim’tière des éléphants
Y a des souvenirs quand on les jette
Qui r’viennent sans faute dans les maux d’tête
Faut pas qu’je pleure pour qu’tu m’regrettes
Côté sentiment, j’suis pas pire qu’avant
Faut m’garder et m’emporter
Je sais qu’j’ai plus l’droit au crédit renouv’lé
J’suis dans l’safari partant
Mourir au cimetière des éléphants
Faut m’garder et m’emporter
J’suis pas périssable
J’suis bon à consommer
Te presse pas tu as tout l’temps
D’m’emm’ner au cim’tière des éléphants

8 réflexions sur “LE CIMETIERE DES ELEPHANTS

        • Je crois savoir ton Père Celestine. Je n’ai vu dans tes yeux que ces m’aime lignes qu’on a suivi à l’encre de cet Amour qu’on s’tend. Nos voix sont pars à l’aile. De Vian, par la rue Bonaparte, l’art colle aux Juju, Léo, Serge, Philippe, Georges, Barbara, Jacques et j’en passe !
          Je t’embrasse, tiens bon la rampe, debout❤️

          Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.