La dernière larme de l’Alambic


La dernière larme de l’Alambic

Au terme des spasmes de mon serpentin, la dernière larme d’une longue quête est tombée.

Personne ne manquait, ils étaient là mes trois fils, sauf que deux n’ont pas eu le courage de se montrer. Vide de la coquille,  pas m’aime un st-bernard dedans pour déplacer le vide…rien ni bon jour et encore moins au revoir.

Heureusement pour eux que le vin et la cantine étaient bons, au moins vu comme y z’ont bouffé, ils garderont un souvenir d’un moment où ils n’ont pas eu les couilles de se soustraire.

Patrice mon garçon, toi tu avais voulu répondre au désir de ton gentil Yann qui pour ses 18 ans voulait avoir son grand-père pour cadeau. Tu as pleinement réussi. Merveilleux moment de vie que celui partagé avec Sylvie et vos 4 hommes: Romain, Maxime, Thomas, Yann et leurs compagnes.

Le bonheur ce n’est pas un du. C’est ce que l’on mérite  après avoir fait ce qu’il faut pour le gagner.

Cette journée n’a fait que le démontrer d’un bout à l’autre.

Entre la chaleur de l’une et de l’un, le flux de Nao l’enfant-vie

et la dérobade en jusant de mon aîné et de mon benjamin, si je n’avais été de face à les regarder avec mes pieds pour seule photo…personne n’aurait pu même imaginer qu’ils étaient venus voir leur père.

Adieu Chouchoune, adieu Jimmy

Bon Jour Patou !!!

Niala-Loisobleu – 20 Septembre 2016

 

16bd8ae86020a5fb6101fd60d44e0254