Allo Fesses de Bouc ?


Allo Fesses de Bouc ?

Agnes Arras Quel texte ! Très suggestif mais néanmoins très poétique et sans vulgarité. Bravo ! Merci pour très beau dessin qui l’accompagne qui pourrait être du Chagall ou du Matisse ??
Alain Niala
Alain Niala Merci Agnès pour l’appréciation du texte, quant au dessin il n’est aussi que de moi….
Agnes Arras
Agnes Arras le dessin n’est q de vs ? Mais faut exposer !
Alain Niala
Alain Niala Trop drôle !!!!!!!!!!!
Alain Niala
Alain Niala http://www.niala-galeries.com

Exposition en ligne des peintures de l’artiste peintre primitif moderne Alain Denèfle, dit Niala: présentation de l’artiste, galerie de ses tableaux, son atelier Le Jardin de Niala…
NIALA-GALERIES.COM
Impayable internet, le dialogue de l’incompréhension la plus totale, comment à peine écrit un texte qui ferait plus de pages qu’un livre est liké …
Ouah quel progrès dans l’incommunicabilité !!!!!
Niala-Loisobleu – 14 Septembre 2016
P1030265

Des trains fantômes croisent des bateaux sans hommes à bord…


hourglass-1055711_1280

Des trains fantômes

croisent des bateaux

sans hommes à bord…

Le vent qui cherche à soulever le silence dans l’espoir de trouver le son de sa voix, cogne aux incertitudes des carrefours où les panneaux indicateurs manquent

Un jeu, une inconscience, des empêchements, la panne d’un orage privant de connexion ? Voilà autant de possibilités parmi le nombre illimité d’interrogations que le coeur cogne dans sa poitrine. Sur la table, le couvert non débarrassé entasse l’évier de plusieurs repas inachevés. Plus d’écoulement. D’autres priorités ont fait leur tri pour établir l’ordre d’importance réelle qu’on peut avoir.

Des trains fantômes croisent des bateaux sans hommes à bord.

Quelques citations et maximes, se joignent, pèle-mêle,  aux commentaires à côté de la plaque flottant en surface. La conduite fait du slalom pour les traverser en zigs-zags. Que de paroles d’outre-tombe s’alignent en haie au long d’un parcours s’évertuant à faire se perdre dans l’incompréhension…

Des verres progressifs sur le né de chaque jour, rapprochent la nuit à la loupe. Zoom sur le trou d’aiguille, je donne ma langue au chas pour que le fil repasse et me recouse au bien-être qui ne pensait pas chanter faux en s’étant défait du mal de do.

Niala-Loisobleu – 14 Septembre 2016

updown