Je ne cesse de cracher sur les pendules pour garder les crans solaires hors d’ombres !


aykut aydoğdu--Wonderful-Surrealistic-Illustrations8-900x1273

 

Je ne cesse de cracher sur les pendules pour garder les crans solaires hors d’ombres !

Te souviens-tu des zoos où ils rêvaient de nous désauvager ?

Les barreaux dorés des cages du but étaient sans équivoques-toutes ces fausses fleurs tentaient de les grimper pour leur ôter le souffle-privés de rapports nul besoin de cette gymnastique pour nous faire connaître leur intention de nous posséder.

L’homme c’est à croire, ne sait pas faire simple, il faut toujours qu’il entortille.

Sans faux-cils, faux-ongles, faux-seins, sans maquillage t’as pas l’air, t’es nature sans rien qui manque.
Ma parole, t’es finie sans qu’il manque un seul jour.

Je te l’avais dit le premier jour combien la grâce d’un sein qui tombe est lourde de générosité, combien cela m’émouvait les yeux de les entendre quitter tes aisselles sans parachute, rien d’un saut à l’élastique qui se la joue amor, ce grand frisson qui ferait soi-disant dresser en chute libre, seulement voilà au moment de la secousse ça fait juste remonter à la case départ avec en plus le risque de les avoir toutes bleues et 3 semaines en arrêt de travail.

Ils se croient drôles, tiens viens que je te montre ce qu’entre deux herbes hautes je viens de découvrir.

Penches-toi
Regardes
oui là ce qui bouge et qui est incolore
mais qui sens la peau chaude
la racine du poil
l’entre
la vie quoi
sans fard
sans frelaté du frisson
ben mon Coeur
c’est Toi
simple fleur de bords de chemins
feuille des routes où le courant d’air pousse à voile ailleurs
toi
fraîche comme une source qui est restée dans la pierre de la fontaine
avec tes p’tits bruits genre non regazéifié
si naturelle
que j’te bois à travers sans besoin d’horoscoper
Tu filtres aux frisons
à travers ta fourrure A.O.C.
les microbes des mauvaises alènes qui redistribuent le territoire
qui entaille les arbres d’un signe désignant la prochaine décapitation
ils supportent plus la croûte que le sel met aux rouilles des chaluts
ce rugueux qui a de la main de l’artisan la transmission du savoir-faire
rien du tout de ce qui n’est que bruit
non juste le sifflement d’un atterrissage d’emplumé aux rides du marais
et là entre tes deux seins lourds
cette faille
par où je me faufile sans dé à coudre
pour t’entendre me murmurer
Ne bouge plus abonne-toi à mon coeur
il est alimenté par l’énergie de tes roses, jaunes pas ô rangé, carmin rouge-dextre, vert-tigo, viole acé, liane bleue de la grosse veine qui relève la tête, le noir étouffé par ta blancheur virginale en mouvement perpétuel et les ocres de tes grains de beauté, roux-sillons que ton genre sabré pour mon dérèglement mental a fait Femme.

Je ne cesse de cracher sur les pendules pour garder les crans solaires hors d’ombres !

Niala-Loisobleu – 20 Août 2016

do_you_really_want_immortality_by_chryssalis-d1