PAS M’AIME UNE ABSENCE


smutek

PAS M’AIME UNE ABSENCE

Une ancienne cigarette aux lèvres d’hier volute encore à sa façon aujourd’hui. Marie lande dans l’air. Assomption en vue. Le briquet est allongé de tout son long au bord de la cheminée. Je me demande si un chien ça peut avoir des rêves d’amoureux. Sans doute, ne suis-je pas un chien quelque part ?. Là au coeur du feu de la tomette, c’est entre les cuisses de ta cheminée que je suis mon Coeur.

La table de ferme soupire. Hier au soir nous ne l’avons pas desservie. On voit les traces de nôtre dessert. Le jour se lève sur tes vêtements froissés. Ta peau pelée à côté de mes mains nues sur un bord, la bouteille s’est renversée aux coulures de la bougie. C’est à peine si l’herbe de tes pores a jaunie, elle est encore toute humide d’amour. Je vois un trèfle chanter des quatre saisons. Je me rappelle t’avoir répété que ce ce que j’aime dans tes bretelles c’est les faire glisser.

Comment ?

A pleines dents !

Comme ce Dimanche a envie de durer jusqu’à Lundi on va monter jusqu’au tertre.

Pourquoi on aurait pas droit de monter au ciel nous aussi ?

Le temps qu’on existe peut avoir une grande différence avec le tant qu’on vit. Faut pas se tromper de l’intérieur. L’âme n’a pas le m’aime ressenti que celui du costume que lui impose le quotidien. J’te trouve toujours plus belle, plus blanche, plus naturelle en ton intérieur. Aussi j’préfère t’avoir en vrai de l’Esprit qu’en faux d’une présence de comédie.

Comme tu me touches

d’un trait de ciel

au bleu du regard de ta présence !

Niala-Loisobleu – 14 Août 2016

 

 

19 réflexions sur “PAS M’AIME UNE ABSENCE

    • Ce que les épis de seigle ont toujours eu en barbe na jamais cessé de remplir les maies des onze autres mois de bonheurs divers. Planter la haine et le désamour dans nos plaines ne pouvant courir qu’au désastre j’allume avec toi Emilie les feux de joie en pissant sur ceux de détresse d’une abominable politique !
      Merci, je t’embrasse au faite de mois sons Emilie !

      Aimé par 1 personne

  1. Mon Idéelle
    En s’ouvrant,
    le balcon de ta poitrine
    a libéré la stase du souffle

    Vivants
    Joyeux
    Espiègles
    Causeux
    Saltimbanques
    Cracheurs de feu
    Accros baths
    Diseurs de bonne aventure
    Oiseaux marins
    Navigateurs
    Explorateurs
    Outres nourricières
    Violons selles
    Chevaux blancs
    Licornes
    et plus en corps

    tes seins m’ont serré dans leurs bras
    ô merci !

    C+B+B+C
    N-L – 12/08/16

    J'aime

  2. Assis l’un à côté de l’autre je les regardais
    si tristement ensemble
    Comme nous étions l’un à l’autre collés
    dans la distance
    raccourcissant à vue d’oeil.

    Merci Didier.

    Aimé par 1 personne

  3. Tout à l’heure le soleil repoussait l’ombre intruse. Maintenant que la nuit étend son voile, reste à espérer que la lune sera franche.
    Merci Fernan.

    J'aime

  4. Le cœur vierge
    Marie aux seins
    Les mains jointes
    Au ciel de notre lit
    Dans le bleu de la nuit
    Perséide… Un vœu filant
    Je thème en corps ❤️

    J'aime

Les commentaires sont fermés.