Ballade en auto gare


spitzner

Ballade en auto gare

Au petit matin

un reste de brouillard se balance

au dégoulinant des branches des vergues

L’éther assoiffé n’a pas la gueule de bois

Perdu

de l’eau d’un côté comme de l’autre

le hunier ausculte l’horizon

Ô voilà sans vin jour qu’on navigue

j’ai plus de sel sur la langue qu’au bout de l’aqueux

marmonne l’équipage

en tirant des bordées de la veuve poignet

Le con qu’a dit que le matelot à une fille dans chaque pore

devrait être mis en gars l’erre

pour apprendre que 1569 pour 1 mousse

ç’est bien trop long pour chaque un son tour…

Niala-Loisobleu – 05/08/16

paul-delvaux-2