Grand-Mère


C'était les années70 (8)

Grand-Mère

Elle s’appelait Marthe

ma Mienne à Moi

à c’t’époque

j’signais pas encore Niala

juste de mon NON à moa

Alain Denèfle

une promesse tenue

qu’elle a fête de ma vie

ma Marthe

Indémolissable

socle d’amour sur quoi j’repose

ma  plusse que Vivante Grand-Mère

sur laquelle

j’navigue au large !

Niala-Loisobleu – 4 Août 2016

https://www.youtube.com/watch?v=F9RaNan1lm4

 

 

Son Voyage à Soi, l’Arbre des Forêts !


nudite1

Son Voyage à Soi, l’Arbre des Forêts !

Une pensée d’arbre quand ça me branche c’est un voyage qui se présente. Soit par une projection dans la cinémathèque de mon vécu ou bien parce que mon sac a des fourmis dans les pattes et s’apprête à partir en vol. Décoller c’est libérer son présent d’amarres négatives, hostiles au créatif permanent.Depuis un lointain passé, je sais que ne peut mourir que tout ce qui n’a jamais eu de réelle existence durant ce que les imbéciles appellent leur vivant. Durant sa propre traversée on garde lumineuse la présence vivante de feux brillants.

De l’enfance j’ai une telle mémoire qu’en fait, à mon âge, est toujours présente. Je crois qu’un enfant malheureux par et pour quelque motif que ce soit, ne peut faire un adulte épanoui. Il lui manquera toujours la grandeur magique de ce passage où tout est du domaine du possible.Le monde est totalement disproportionné pour l’enfant. Rien de ce qu’il est n’est fait à sa taille. Il va devoir le convertir à lui. Dur dur. La famille, les bons éducateurs, les « grands » vont lui bloquer tous les passages pour lui indiquer les leurs – faits d’un mélange de leurs regrets du passé et de la mode du moment –  comme pour projeter sa réussite par leurs ratages. Devant se défaire de ses idées propres. Ne retenir que celles des autres. Ah la joie qu’ils éprouvent à le mouler…

Je suis un gosse qui vois passer des quantités d’années en étant devenu lucide grâce à mon évolution personnelle. Combien de fois on tilt à se faire propulser d’un con à l’autre. Oh comme elle brille, comme elle est grande la tentation des plots avec leurs gros numéros à gagner. Non je dirai plutôt à perdre. Prendre la vie comme une machine à sous, un billard électrique….grrrr…ça  me pétrifie. Comment pourrait-on savoir ce que c’est que le Vrai en ayant été formé par l’artifice ?

Et l’amour est là. Il ne s’est jamais écarté de nous. ni caché derrière un doute quelconque, non plus dans la pochette-surprise d’un implacable destin qu’on aurait chopé comme une vérole. Présent m’aime au fond du plus tricheur des septiques. Ces matamores se vantant de faux exploits qu’ils iront en dehors de la foule, penseront-ils, noyer dans le premier expédient à portée, alcool, drogue, dérision, extrémisme…

L’Amour avec son grand A qui pourra seul nourrir l’âme. Faire de sa vie un voyage réussi. Réussi sans programme organisé. Son voyage à soi, l’arbre des forêts !

Niala-Loisobleu – 4 Août 2016

 

_waiting_new_season__by_shapeshifter60-dabazn6