INITIATION


f950896e-6872-4c4c-b775-1bad8c150d13

INITIATION

C’était avant…

à vent quoi

les mous lins

aux fils à croiser

pour en tirer l’étoile

Sur l’enlisé un songe bulle hors de la vase…

 Le jour viendra la nuit aussi J’ai peur, tout à coup, de ce qui gronde en moi comme un chacal en proie au mal de faim. j’ai peur de toutes mes faims de vivre, inassouvies et prêtes à me dévorer. Je suis la proie de ma propre faim. Je meurs de ce manque immense de l’univers: non désir, non échange, non transparence. Je meurs de froid dans le négatif du soleil.

Il y a pourtant, quelque part, des embrasements, des mots vibrants comme des violons, et des sources où boire à longs traits la lumière.

 

La pierre, comme nous, résiste, s’use, s’effrite et meurt. Elle est notre miroir. Elle porte nos désirs, et nos peurs aussi, d’immobilité, de densité, de pureté. Elle nous interroge sur des valeurs fondamentales, le lourd et le léger, le dur et le liquide, l’indifférence et le frémissement, la vie est la mort. Ces textes tentent d’explorer quelques-unes des correspondances entre le monde minéral et le monde humain, entre le rocher souffrant et l’homme qui cherche vainement à bâtir des murailles contre la douleur et l’Émotion, et qui les revendique pourtant.

Colette Gibelin

 

Lapidaire mon chemin de pierre taille le brut. Mes mains saignent de tant de larmes quand montant le rang, je vois s’ériger l’édifice à l’accroche d’une Lumière qui se débat.L’instant où l’on voit son souffle envahit par l’apnée bat aux tempes à décloisonner l’indistinct en posant les premiers traits de l’esquisse. La question-clef tient en corps la serrure au coeur de son mécanisme. Il faut dévérouiller la gangue pour toucher au seuil.De quel pigment minéral l’arc-en-ciel épure-t-il l’opaque ?

Niala-Loisobleu – 17 Juin 2016

 

Studio_20160316_130826

15 réflexions sur “INITIATION

    • Saxifrages

      Une fleur pousse sur la pierre

      explose en couleurs triomphantes,

      en vibrations de sources.

      Faut-il cette fracture pour aviver l’esprit ?

      Naître est blessure

      et promesse de lumière

      Chaque ravine nous ramène à l’eau des origines

      Les racines creusent la terre,

      franchissent les crevasses

      Ce monde fissuré nous offre d’exister.

      Henri Denis

      Aimé par 1 personne

  1. Coulent les réponses infatuées. Avec une telle abondance, une profusion si arrogante qu’en somme, par bonheur , le mystère en
    grandit.
    Merci Emilie.

    J'aime

  2. Inédits

    Ce leurre du labyrinthe

    Ce goût d’amande amère

    Ce rêve de vaisseaux,

    désemparés

    Ne pleure pas,

    ce n’est que vivre

    Tant d’énergie,

    de songes bleus bâtis en cathédrales

    Tant d’envolées,

    (que l’espoir est tenace !)

    de ferveur et d’insoumission,

    pour simplement se maintenir,

    extrême,

    dans la fragilité de vivre

    Colette Gibelin

    Merci Lucia

    J'aime

  3. Sortant de l’étui
    le bandonéon
    en lui escaladant les cuisses
    fit glisser les bretelles
    hors du sein.
    N-L

    Merci
    Vertige de l’Oiseau

    J'aime

Les commentaires sont fermés.