ECHO LOGIS


 

IMG_0871

 

ECHO LOGIS

Qui d’eux porte l’arbre ? Le sang qui, en nouant la branche, a su amener la terre à s’offrir, ou la nuit cherchant l’aube qui a pu pleurer le jour, alunie ? Sel du rêve essentiel au Jardin.

La mer présente, comblant le voeu parti naviguer depuis la nuit des temps sans couper l’ombilic des marées, a fait en sorte qu’aucun connard curieux ne stationne sur le pont. Laissant le mystère au cru. Tout commentaire s’autodétruisant par la vertu du silence avortant la parole monstrueuse.

Un tremble me traverse, tes seins sautent, le germe éclate le noyau. La rage fend l’inerte d’un signe de présence.

Niala-Loisobleu – 09/06/16

 

NICHE A LETTRES


NICHE A LETTRES

La double-vue est un lourd handicap au départ des courses journalières. Aux passages des haies, elle fait plus souvent chuter. Le fait d’avoir dit la bonne mesure et la profondeur de la rivière entraînant des remarques tombant à côté.

Les démonstrations de groupe m’ont toujours fait fuir.

Il arrive qu’on forme sa pudeur au contact de personnes qui n’en saisissent pas le premier mot. Je tiens de ça au départ, c’est vrai. Ensuite on trouve à ce qui se cache sous l’herbe tellement de vrai, qu’il n’y a plus photo quand vient la question du choix.

L’apprentissage de l’écoute de l’autour de soi à un pouvoir magique sur sa vision.

Le plus touffu retient le plus clair.

J’aime la couleur que porte un son avant que la bouche en propage les déformations. La pensée n’est pas une phrase c’est une page qui n’en finit de se taire pour mieux dire ce qu’elle a à communiquer.

Niala-Loisobleu – 09/06/16

IMG_0875