PREVERT RENCONTRE SCHIELE « Et elle lui disait (…) Serre-moi dans tes bras / Embrasse-moi / Embrasse-moi longtemps / Embrasse-moi / Plus tard il sera trop tard / Notre vie c’est maintenant (…) On gèle on étouffe / On n’a pas d’air / Si tu cessais de m’embrasser / Il me semble que j’mourais étouffée » / « And she said to him (…) Hold me in your arms Kiss me / Kiss me for a long time / Kiss me It will be too late / Our life is now / We are choked frozen / There is no air (…) If you ceased to kiss me / I think I would die choked »


C’était à vent…qu’à flelou, Renaud, arrêtant de boire s’mette au flic pour faire du patin…

Egon_Schiele_016.jpgEgon Schiele, L’étreinte, 1917, huile sur toile, 98 x 169 cm, Belvedere, Vienne, Autriche

Et elle lui disait (…)
Serre-moi dans tes bras
Embrasse-moi
Embrasse-moi longtemps Embrasse-moi
Plus tard il sera trop tard
Notre vie c’est maintenant (…)
On gèle on étouffe
On n’a pas d’air
Si tu cessais de m’embrasser
Il me semble que j’mourais étouffée


and she said to him (…)
Hold me in your arms
Kiss me
Kiss me for a long time
Kiss me
It will be too late
Our life is now (…)
We are choked frozen
There is no air
If you ceased to kiss me
I think I would die choked

Jacques Prévert, « Embrasse-moi » dans Histoires, 1948

C’était dans un quartier de la ville lumière
Où il fait toujours noir où il n’y a jamais d’air
Et l’hiver comme l’été là c’est toujours l’hiver
Elle était dans l’escalier
Lui à côté d’elle…

Voir l’article original 336 mots de plus

6 réflexions sur “PREVERT RENCONTRE SCHIELE « Et elle lui disait (…) Serre-moi dans tes bras / Embrasse-moi / Embrasse-moi longtemps / Embrasse-moi / Plus tard il sera trop tard / Notre vie c’est maintenant (…) On gèle on étouffe / On n’a pas d’air / Si tu cessais de m’embrasser / Il me semble que j’mourais étouffée » / « And she said to him (…) Hold me in your arms Kiss me / Kiss me for a long time / Kiss me It will be too late / Our life is now / We are choked frozen / There is no air (…) If you ceased to kiss me / I think I would die choked »

    • Tout à fait…Egon tant qu’on y est on a pas en vie d’en sortir. L’amour prend sa couleur jusqu’au plafond sans la moindre intention de record. L’exploit est hors concours.
      Merci Henri Etienne.

      J'aime

  1. Loin des dégâts câlins terraux auxquels la vie voudrait qu’on se fasse, Schiele déchire pour mieux se coudre à l’Autre !
    J’aime intensément !!!!
    Merci Elisa.

    J'aime

  2. Mon père Prévert à lui tout seul il m’a plus appris de la vie que des chargés de le faire…et il était pas payé pour le faire.
    Merci Madame lit.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.