Aldona — Sonnet 29 de Shakespeare


Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

Aldona Nowowiejska. Sonnet/ poème de William Shakespeare ; Aldona Nowowiejska, adaptation polonaise, musique, chant ; images Ilone Gueugnon, Kevin Gueugnon, Cola ; montage Ilone Gueugnon, Philippe Gueugnon ; mixage et réalisation Philippe Gueugnon. — Captation : Satellit Café Roanne-Villerest, Villerest (Loire, France), 2010 ?. — Sonnet : adaptation du Sonnet 29 de William Shakespeare..

Kiedy w niełasce u ludzi i losu
Placzę od wszystkich nagle odtrącony
i dźwigam głos mój do głuchych niebiosów
i patrzę w siebie i klne zrozpaczony.
Chciałbym jak ów być w nadzieję bogaty.
Jak ów co wpośród przyjaciół króluje
Owe talenta, ów kunszt, owe szaty.
To co najmilsze, najmniej mnie raduje.
Lecz, kiedy w myśli wlasnym gardzę życiem
Wspominam Ciebie i z ziemi podnoszę
jako ptakowie zbudzeni o świcie,
głos mój, i hymnem radość niebios głoszę.

Twoja bo miłość przywodzi wspomnienia,
iżbym z królami losu nie zamieniał.

William Shakespeare (1564-1616). Sonnet 29

Voir l’article original 611 mots de plus

Mon Char donnerait 1


Mon Char donnerait 1

Nous n’avons pas plus de pouvoir s’attardant sur les décisions de notre vie que nous n’en possédons sur nos rêves à travers notre sommeil. À peine plus. Réalité quasi sans choix, assaillante, assaillie, qui exténuée se dépose, puis se dresse, se veut fruit de chaos et de soin offert à notre oscillation. Caravane délectable. Ainsi va-t-on.

Soudain nous surprend l’ordre de halte et le signal d’obliquer. C’est l’ouvrage.

Comment ramener au liseron du souffle l’hémorragie indescriptible ? Vaine question, même si un tel ascendant avait eu son heure dans nos maisons dissimulées. Il n’est pire simplicité que celle qui nous oblige à chercher refuge. Pourtant la terre où nous désirons n’est pas la terre qui nous enfouit. Le marteau qui l’affirme n’a pas le coup crépusculaire. Ô mon avoir-fantôme, qu’ils se couchent et qu’ils dorment ; la chouette les initiera ! Et maintenant, c’est moi qui vais t’habiller, mon amour.

Nous marcherons, nous marcherons, nous exerçant encore à une borne injustifiable à distance heureuse de nous. Nos traces prennent langue.

René Char (La Nuit Talismanique qui brillait dans son cercle -1972)

IMG_0852

Si j’étais…

Mais je suis

Pas ma victime

Nul besoin de faire-valoir

Jeu de rôles

Alibi

Je suis

Ce que j’être voulu

Et j’y resterai

Le tant un parti

Aux cerises les oreilles des « mais si » créolent leurs chansons des ils. La couleur de la feuille ne dépend pas de la plume mais de l’encre de l’écriture. Suspendu entre deux poings, j’irais trempé à la vague d’un bout à l’autre du rivage, sans regrets d’autre gueule, moche play-boy bel homme probe.

Rien ne serre plus que le m’aime miroir de soi  gardé dans le livre d’images que la vie donne sans fond de teint Taler la paume jusqu’au bout du pépin dans son arbre tenu  en fleurs dans la cruauté d’impitoyables saisons qu’une humanité en friche cultive.

Niala-Loisobleu – 24:05:16