INDEX DE NIALA


Devant des fausses interprétations faites sur ce que je peux écrire, je pose ce poème d’un grand poète libanais, pour éclairer ce qui semble échapper sur ce qui fait mon identité. Heureusement, reconnue et totalement partagée avec beaucoup d’autres artistes qui veulent exprimer librement leur refus de devenir esclaves d’une société robotisée.

Niala-Loisobleu – 21/04/16

Index des travaux du vent (aphorismes)

J’ai écrit mon identité
A la face du vent
Et j’ai oublié d’écrire mon nom.

Le temps ne s’arrête pas sur l’écriture
Mais il signe avec les doigts de l’eau

Les arbres de mon village sont poètes
Ils trempent leur pied
Dans les encriers du ciel.

Se fatigue le vent
Et le ciel déroule une natte pour s’y étendre.

La mémoire est ton ultime demeure
Mais tu ne peux l’y habiter
Qu’avec un corps devenu lui-même mémoire.

Dans le désert de la langue
L’écriture est une ombre
Où l’on s’y abrite.

Le plus beau tombeau pour un poète
C’est le vide de ses mots.

Peut-être que la lumière
T’induira en erreur
Si cela arrive
Ne craint rien, la faute est au soleil

Adonis

(Publié dans L’Orient – Le Jour du 12 mars 1998)

14

Médiocrité


MEDIOCRITE

Dans l’Infini criblé d’éternelles splendeurs,

Perdu comme un atome, inconnu, solitaire,

Pour quelques jours comptés, un bloc appelé Terre

Vole avec sa vermine aux vastes profondeurs.

Ses fils, blêmes, fiévreux, sous le fouet des labeurs,

Marchent, insoucieux de l’immense mystère,

Et quand ils voient passer un des leurs qu’on enterre,

Saluent, et ne sont pas hérissés de stupeurs.

La plupart vit et meurt sans soupçonner l’histoire

Du globe, sa misère en l’éternelle gloire,

Sa future agonie au soleil moribond.

Vertiges d’univers, cieux à jamais en fête!

Rien, ils n’auront rien su. Combien même s’en vont

Sans avoir seulement visité leur planète.

Jules Lafforgue

1d72b1556c81a0aab75be8c0b6434689

Non, je ne venais pas de faire un cauchemar

J’étais bien sur Fesses de Bouc

Triste réalité du temps creux

Résonance de l’absence

Ah mais y a des merveilleux poètes

si simplement beaux

qu’on faillirait ne pas les voir

si on s’attardait qu’à dire « j’aime » sans savoir pourquoi…

Niala-Loisobleu – 21/04/16