EXPECTORATIONS DU BON CHIEN


image

EXPECTORATIONS DU BON CHIEN

Je n’avais aucune envie d’écrire ce matin. Je le fais chaque jour comme je peins. Mais il y a des jours de dépeinture, quand le paysage se corrompt par abandon, manipulation, tromperie, ou tout mauvais traitement à base de mots nitrates qui polluent par la bêtise, la flagornerie dont ils peuvent être composés.

Après avoir pas lu l’article de la côte de popularité, traitant de la mégalomanie politique , je n’ai pu retenir le besoin d’en parler, voici donc à mots mécaniques, ce que je ressens ce soir.

Flatter pour flatter, billevesées en rafales, pour moi c’est un véritable attentat contre la personne humaine. Donc, je garde ma larme. Que les crocodiles ne se méprennent pas, je ne pleure jamais devant les tous bides, c’est seulement quand j’ai le ventre qui s’ouvre au contact d’une l’âme humaine que je me fous à poil.
De me savoir ponté sur deux êtres par un tiers : le suis et le pas reconnu, ça me percute grave.
L’admiration s’est glissée dans toutes mes cellules quand j’étais tout p’tit, j’en ai jamais démordu. Mettant les verrous sur tous les faux-marbres, les faux-bois, les faux-sentiments, les faux-malheurs, les faux problèmes…ces petites merdes qui sont journellement déposées sur mes trottoirs par les assistés de notre pauvre société. Cette société au lieu de se soigner, profite grassement d’une déchéance de ses membres, le fric n’a vraiment pas d’odeur. La vraie misère, quelque en soi la cause, la forme, la vraie ne fait pas étalage de sa déprime, elle reste silencieuse, digne, accrochée à sa dernière lueur.
Doù l’envie de ne rien écrire de moi mais de lire des autres.

Comme une autre réalité du changement d’heure. Un arrêt pour faire le point, regarder autour. Le vide du web est notoire.car en dehors de ceux qui ne disent jamais rien , mais qui matent, il y a ceux qui dégoulinent en flatteries poisseuses, en mots creux, et ceux qui remettent, entre deux faux sourires, leur vraie grimace de fausse-douleur, et que je te retartine le fiel des petits bobos.

Ils sont rares les penseurs qui n’ont pas une fausse-idée, qui ne gonflent pas du bulbe dans une diarrhée écrite sur n’importe quoi, le sujet qui n’interpelle que les sourds.
Je leur dis donc MERCI, ce qui chez moi n’a jamais été un tic, une poignée de main automatique, un « comment ça va » en boucle.
Emu par la beauté de vos lignes Amis Chair, mes Humains, je suis troublé, en pleine conscience du bienfait que vos douleurs profondes à votre rage mêlés, sont d’une portée considérable par la générosité qu’elles contiennent.

Je me sens lié à vous par un des rayons de cette Lumière qui perce les ténèbres de l’humanité, tout en demeurant conscient comme jamais que ça échappera totalement à icelles et iceux qui portent une part de responsabilité dans ce qui est à l’origine du marasme.

Niala-Loisobleu – 18/04/16

 

 

6 réflexions sur “EXPECTORATIONS DU BON CHIEN

  1. Oh 😲 mes tulipes de la Torche !! Écoute Alain, tu m’inquiète aujourd’hui. Là c’est le chien qui déprime ou c’est toi ?? C’est la Bible de la désolation là !??

    J'aime

  2. Appel oui mais qu’au large de ce que contiennent les trois mots les plus simples que je connaisse:
    Je t’aime

    Je t’aime dton ô d’heure d’aisselles accrues, Femme-Cheval des steppes d’un cosmos en construction, autre suite d’une Cathédrale Perdue, que je remets à l’eau sur le plan d’arche.
    Semeur à jamais des toiles à Toi
    ❤️💥❤️ !

    Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.