Comme une pensée sur un fil entre les quat’z’yeux où tout s’accroche


Comme une pensée

sur un fil entre les quat’z’yeux où tout s’accroche

Chants noués

au bout d’un bâton de marche

qu’est-ce que ça peut sentir bon

le canal du fossé

où le

Bon Dimanche

échelle à poissons

écluse les barrages

pour cueillir

le nouveau matin que la fenêtre vient d’ouvrir

au son d’un roucoule de tourterelles

Du doigt se mouiller le sein des larmes libérées

fier de savoir ce que signifie pleurer

Encre sur le seuil de la page vierge

la cabane à marée haute

reste toujours un tableau à peindre au bout de son espoir

de Bon Dimanche

d’humanité retrouvée

Niala-Loisobleu – 10/04/16

56