SUR FACE, UN REGARD AU FOND


SUR FACE, UN REGARD AU FOND
La nuit passe traînant ses pieds aux poubelles, un chat vient de glisser dans ma gorge. Suis en amour à la vitre froide près de la fenêtre. Le réverbère tâtonne, son halo balance quelque part un reste de lumière gardé contre toute attente. Quel goût avait le vent à la ramasse du son des pas clairs
Vers aime rôde
Sanguine gnôle en
Jaune prune
Fauve êtes
Noir de fumet
Bleu outre mère ?
A la pulpe de la soif interne, mes ongles cherchent la pluie attachée au flacon du soleil, regarde-toi côté lumière face à l’ombre.De l’herbe foulée l’écume au galop porte en flux le reflux au traitement des déchets. Et mes paumes à l’à-plat repeignent d’un rehaut l’appel invisible de l’embrun aux touffes des côtes par mouvements porteurs d’un écho système. Suis en amour au lit de l’insomnie couché sur la pointe des pieds au guet du jour.
Et si je restais un homme ?
Niala-Loisobleu – 03/04/16

5 réflexions sur “SUR FACE, UN REGARD AU FOND

  1. Janus tu es là ? Evidemment nous ne nous quittons jamais d’un pas…Très bien alors abats ton je qu’on mette tout à plat !

    Merci Didier, bonne fin de Dimanche !

    J'aime

Les commentaires sont fermés.