Suave mari magno


Frida kahlo

Suave mari magno

Il est doux, quand la vaste mer est soulevée par les vents, d’assister du rivage à la détresse d’autrui ; non qu’on trouve si grand plaisir à regarder souffrir ; mais on se plaît à voir quels maux vous épargnent. Il est doux aussi d’assister aux grandes luttes de la guerre, de suivre les batailles rangées dans les plaines, sans prendre sa part du danger. Mans la plus grande douceur est d’occuper les hauts lieux fortifiés par la pensée des sages, ces régions sereines d’où s’aperçoit au loin le reste des hommes, qui errent ça et là en cherchant au hasard le chemin de la vie, qui luttent de génie ou se disputent la gloire de la naissance, qui s’épuisent en efforts de jour et de nuit pour s’élever au faîte des richesses ou s’emparer du pouvoir.

Ô misérables esprits des hommes, ô cœurs aveugles! Dans quelles ténèbres, parmi quels dangers, se consume ce peu d’instants qu’est la vie! Comment ne pas entendre le cri de la nature, qui ne réclame rien d’autre qu’un corps exempt de douleur, un esprit heureux, libre d’inquiétude et de crainte ?

Lucrèce, De Natura rerum

 

Eh Bouffi, comment tu bandes, à part où au né on ? Ta bébête monte est en s’elle où en poigne de la veuve, le malheur fait ton harmonie toi c’est de haine pas d’amour que tu jouis. Dingue comme  tu trouves ça bon la souffrance des autres, quel panard, t’en as la bave qu’éjacule précoce ma salope d’enflure  !

A la guère comme amour espèce de monstre mol !

Niala-Loisobleu – 03/04/16

 

 

 

 

 

Une réflexion sur “Suave mari magno

Les commentaires sont fermés.