Tu te souviens de ce jour là…


Tu te souviens de ce jour là…

 

Dans tes mots où j’avais pas mis de doute

aux poubelles

tout ce qui me diminuait de Toi

m’a sauté  à la gueule de mon âge

La distance de nos manières

la couleur de nos parcours

ont grandi comme ce qu’on change des malheurs de la vie

faisant d’une grosse moche l’herbe fine

où je me couche à vélo dès l’orée de mon bois

sans que la montée des zoos m’écarte du sauvage

qui garde ses griffes aux ongles de ses dires

cru comme un liber teint

avec du poêle autour qui carbure à la pudeur

J’ai l’amour au-dessus de la ceinture d’une Fanette au creux de la vague

Mais parlons d’autre chose…

 

Niala-Loisobleu – 25/03/16

 

 

 

AVIS DE JOUR QUI NE NUIT PAS


AVIS DE JOUR QUI NE NUIT PAS

Mais comment est-il possible

voir pire

pensable

de prendre les sentiments humains comme ce qui ne sert qu’à allumer l’envie en vitrine

Je t’aime

comme un soutif à balconnet

un string qui joue à la corde

une nuisette qu’on oubliera de mettre

un corsage plus aguicheur que le zip ouvert d’une braguette indécente

L’être humain ramené au dossier d’une chaise

et aux traces d’une galipette

chiffonnée sur le tapis

laissée k.o.

coucou

vite

regardes-moi

et fous ton camp

Objet point barre

ton coeur posé sur l’étagère

tel un livre qu’on a pas lu

voilà juste ce que t’es

tu fais bien entre deux draps

les jours avec

du libido

Et ça fait sa colère

ça trépigne

ça injurie

ça geint

ça pleurniche

ça boit

ça oublie pas d’être que moche

dans l’amnésie totale

du mal que ça a fait sans le moindre scrupule

en te cognant la porte en pleine gueule

d’un départ sans laisser d’adresse

Les sentiments qui font juste

bon à tirer un coup

font boomerang sans plus de sommation

dans la disette revenue

Mon coeur bat pas comme faire caca…boom hue

Niala-Loisobleu – 25/03/16

57

Après quoi le déluge ne reviendrait pas devant, si…


9b0aaf42-e6d8-438d-b676-eaa2860621be

Après quoi le déluge ne reviendrait pas devant, si…

L’encre humide perle au bout des cils de la plume éperdue. Elle gratte aux cordes, funambule, franchira-t-elle la page? Quelque estompe est passée sur l’aspérité du derme que la liaison connectait. Entre le négatif et le tirage, le ressenti de l’image est devenu identique.

Des roux sillons au sépia, il n’y a qu’un pas qui seiche à la sortie du refuge où le pigment animal semait. Grasse, la lèvre lippue de la glèbe s’offre au soc par consentement araire mutuel. Que déjà les oiseaux sortent des branches la grande nappe immaculée. Tandis que les feuilles en mettant le couvert, isoleraient l’autel en suivant un rite toujours initiatique.

L’instant d’amour ne se répète pas, il se poursuit par renouveau s’il ne meurt sacrifié dans une messe noire.

Appelez-le comme vous voudrez, fougue, fontaine, chemin, escalade, plongée, vol-au-vent, éclosion, séisme, éruption, passage de l’équateur, germinale, verdeur, pulpe, suc, sève….et tout ce que désirerez rajouter, c’est toujours par un synonyme de vie que son nom se prononce.

Derrière l’orée les éclats du miroir font jaillir les rivières. Après quoi, la mèche sort du front, son huile essence ciel battant aux tempes, sans que rien ne disparaisse dans le noir. La chaise où il laissait hâler le côtelé de son velours, la table où elle mettait ses fruits sur la langue, demeurent au papier peint des gestes. L’escalier marche, la pendule est enlisée, ses aiguilles emmêlées dans la mauvaise foi  de ses dires.l’odeur du drap enlace le cou, le mouvement des doigts pianote, le silence parle comme jamais.

Chaque jour sorti du labyrinthe est une date différente de l’autre. Mais à l’expresse condition de ne pas reproduire encore et encore les mêmes erreurs en se rabibochant sur l’oreiller avec le Minotaure.

Avec ses pierres à écrire, la marée monte à la lune, porter son sel. Entre les dents des râteaux passent les chemins qu’on a mordu avec et sans la poussière. Toutes les couleurs du pavois en se jetant à l’ô, gonflent les roulis du bal pour que l’accordéon empêche le violon de pleurer si ce n’est d’émotion.

Après quoi: l’Eternelle Victoire du Recommencement au tarif en vigueur.

Après quoi

La peinture remontera fraîche et pimpante, laissant ses écailles au fripier des gémissants. Que l’amer reprendra en se retirant…

Niala-Loisobleu – 25/03/16

 

aac638e8-eb2f-4c29-a4e2-23f7e08ec60e