Et pourtant il s’en faut toujours de peu


Et pourtant il s’en faut toujours de peu…

La lune
est là qui nage et le feu est en corps
sur la ville piquée d’étoiles à la boutonnière
safrans de la ville bleue où le numéro des singes est pas dans l’annuaire
par chameaux vous êtes venus des Indes rauquer les cordes nomades d’Andalousie
accrochant la chaux senteurs de casbah tapie de souk escalade hibiscus
La nuit éclate mûre comme Grenade qui explose flamenco au coeur des patios
chant des fontaines aux jets d’eau passant au travers les grilles de la Reconquista
couleur géranium patio
roseurs gambas
poussière nevada aloès
noir de fumées des cuisses cigarillères
tapas nocturne des Plazza Mayor indignées
Sur la chaise un pied joue, j’écoute des talons. Des pois du tissu vont et viennent du décolleté de la danseuse. Je ne sais plus où pourraient aller mes mains en dehors de taper dans ma tête la chaleur du feu sous ta robe ouverte à franchir la Méditerranée. Qui crie ? Sans doute le premier prénom de cet enfant que nous aurions pu faire avant que le jour revienne tout gâcher avec son mal chronique
Et pourtant il s’en faut toujours de peu…
 
Niala-Loisobleu
17/03/16
 
73a519ee66c2e2e6fee1a839e6c00442

Quatre éléments, quatre poèmes


A un tel grain
qu’ajouter

sinon
un reblog

pour saluer
et dire
comme j’aime

Merci Jérôme.

poèmes parfois

Est-ce l’approche du printemps qui m’incite à écrire sur les quatre éléments de la nature ? Sans doute mais mon intention (et mes possibilités) n’est pas de les célébrer dans des élégies, des odes ou des idylles. Je me sens plus à l’aise dans la trivialité de la vie quotidienne.

1.Terre

En terre

En terre, que dire,
il n’y a rien à faire,
tout est brun.

Les beaux jours sont finis
et la pluie s’insinue.
On s’ennuie.

Les regrets comme les vers
vous rongent de travers.
C’est foutu

pour monter en surface
et effacer les crasses
qui font tâche.

Alors on se raconte
que la mort est immonde.
On s’ennuie moins.

Mais la vie continue
de piétiner le temps
en mesure

pour que l’espoir crevé
laisse le moment présent
s’accomplir

et s’accoupler les mots
avec les remords
qu’on enfouit

bien profond dans la terre
où rien ne doit sortir
qu’un murmure.

Voir l’article original 255 mots de plus

D’une pierre sur l’Autre


D’une pierre sur l’Autre

Le premier frisson de l’éveil s’étant blotti par-dessus les longues distances, chacun à sa place tout au chaud, est entré de son jardin secret.On, qui quoi qu’il soit, nous toi émoi. Chat rade, bercé par le flot de la lune mise à l’ô. Mon premier pas concerné, mon second tout entier et mon troisième oeil pour oeil est en mille. Tu n’as pas eu le froid des jours derniers, ton pouls est resté calme en sa braise. Sans doute sont-ils supérieurs en nombre les drames engendrés par le noir.Comment s’y prendre plus mal que de choisir l’hérésie de refaire le monde. Le bonheur est à faire de soi pour pouvoir aux autres quelque chose de simple, griffonné sur un cahier de brouillons, de cette automatique écriture qui ne se relit que par le destinataire. Et où la nécessité du décret à paraître est inconnue. J’aime l’inconnu. Tout comme Toi quand tu te blottis contre ma poitrine. Ce sont les départs en voyage partout où vit une certaine folie. L’amour abolit et oppose. A quoi me servirait de savoir tout sur comment ça marche le téléphone, si ce n’est que pendant cette inutile connaissance j’aurais perdu l’essentiel de la tienne toute en moi par l’oreille, mieux que si face à face on ne trouvait pas quoi se dire. Tant de lits sont à deux seuls côte à côte.

COMPTER LES POTEAUX

Compter les poteaux à travers le brouillard lui faire croire qu’elle
     possède un champ
sa maison peut prendre le chemin opposé au paysage
le phare derrière ses lunettes d’orphelin ne trouvera pas à redire

Il ne faut pas rater le coche crie-t-elle quand le tonnerre roule à
     bride abattue dans sa direction
sa valise à la main
elle hèle le premier nuage
en pestant contre le vent qui a déplacé ses terres et ficelé ses murs
comme un vulgaire fagot de bois

Vénus Khoury-Ghata, Miroirs transis in Les Obscurcis, Mercure de France, 2008, page 87

Si le boulier de nos jours attend une de nos mains allons d’abord voir le chant de l’oiseau, les paroles qu’il aura mises à l’arbre seront de la bonne encre. Tricoter avec les aiguilles du sablier c’est trop proche des mailles qui sautent pour que l’envie de te conditionner me prenne. Non laisse-toi nue à mes touchers, il me faut ton haleine. Enfant de mes traversées.

Niala-Loisobleu

17 Février 2016

28.02.16 - 1