Soir d’un Jour de Vie


Soir d’un Jour de Vie

Ce soir je sens de la fatigue saine, l’intensité ne donne pas aux do la même portée. Le ciel qui devait venir tout droit du Léman a été neutre, le vent en revanche relevait du guerrier, froid et sec sans manquer de coeur, qui s’apprête à se mettre au voyage d’une initiation.

Nous étions à deux pas des arènes où des traces profondes restent accrochées aux pierres, St-Eutrope balançant sa noble flèche en pendule n’a pu demeurer inopérante, d’elle émane ce mystère permanent, surtout celui du Roman où l’infinité avec rien dépasse l’entendement. L’humilité ça sent le pain sortant du four par le soupirail planqué au pied d’une façade arrogante.

Un peu de Madagascar, du Nord et du Sud énormément d’Andalousie.

La table de ferme, rectangle long, est devenue un parfait cercle par le Centre d’intérêt.

J’ai retenu cette constante : tellement bien qu’a aucun moment je n’ai senti être en demande.

Pas de citrouille invoquée, le bon génie chacun avait le sien dans la chaleur de son coeur, quel voeu pourrait-on faire quand la simplicité  craque son bois entre les jambes de l’âtre ?

Niala-Loisobleu

28 Février 2016

 

calabaza-suurealist-©EPolo

 

5 réflexions sur “Soir d’un Jour de Vie

  1. J’ai tourné le monde en tous sens, riche de scintillements aux éclats divers. Et concomitant, aller certainement plus à l’intérieur en demeurant sur place. Il faut toucher au paraître, sa couleur et son vernis pour franchir la porte de toutes choses.

    Merci Globe-T.

    J'aime

  2. Mon itinéraire reste au cap de la même étoile, depuis que ma toute petite enfance la découvrit et se mit en voyage à pied dans les rues de mon Paname, je n’en dévie pas d’un iota. J’entre alors dans ce vaisseau qui, en se refermant comme une bulle, fait le vide pour pénétrer la particule de chaque émotion, musique, couleurs, senteurs, s’harmonisent en des souffles que les pierres gravées sortent du vide du tombeau pour les dire au silence de la vie….

    Merci Francis.

    J'aime

  3. De ces soirs là, des seoirs du matin naissent. Quelque chose qui a le corps palpable de ce qui fat foi sans besoin de se faire voir. En d’autres termes l’arrivée des suites du transcendé ‘vy. si tu savais comme j’aime, mais je crois que tu sais…

    Aimé par 1 personne

  4. Quel voyage, je n’en sais rien pour ne pas en connaître la pratique, mais j’oserai quand m’aime dire que c’est mon trip mes voyages comme ceux-là ma Sally.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.