Je ne suis du soleil qui couche ses matins sous l’ô rayé


Je ne suis du soleil qui couche ses matins sous l’ô rayé

A tes boutonnières

je n’ai pas cousu

ce que nous avions à nous dire

comme une légion

que le déshonneur s’empresse d’exhiber

Aucun de mes mots

je t’aime

n’a jamais tenu à un fil

Mes tremblements

sont d’une autre nature

que celles du vouloir lapider

par le reniement

du parapluie alibi

Niala-Loisobleu

28 Février 2016

Trini Schultz

7 réflexions sur “Je ne suis du soleil qui couche ses matins sous l’ô rayé

  1. Comme dit ci-dessus, je m’excuse auprès de vous mes Amis de répondre par un simple merci à votre « avoir aimé »
    ‘vy
    Coco Libri
    petitemarie69
    Boris
    Francis
    je me rattraperais…

    J'aime

Les commentaires sont fermés.