COMME UN P’TIT-COQUELICOT


COMME UN P’TIT-COQUELICOT

A première vue tout semblait courant, les nuages, la pluie et le vent étaient dument à leur place, rien à priori ne disait tu vas voir Bouffi je vas te foutre la merde dans ton amour de l’amer.Mouais seulement ça c’était avant. Avant qu’un peintre qui cheminait genre secrétions de Fées, ne se mette à laisser libre cour à la vérité. Ainsi ce jour de chandeleur, que tous les nez se mouchaient seulement de morve, pas de rétablissement des choses à l’authentique, voilà t’y pas qu’il hissa un de ces putains de soleil en promo à faire rougir un tour opérator te vantant une plage pourrie dans un club infect au milieu d’un circuit en autocar  de la croisière Jaune. Ah le merdier. C’est que la fantaisie on aime mieux en causer, voire se plaindre de son absence, que devoir la vivre impromptue. Pour râler c’est toujours complet, pour l’acte, même à la 4° démarque, c’est toujours sans clients. Un petit coquelicot, minuscule et une petite fille, c’est mieux qu’une rosière qui en a vu passer des trains pour fêter le premier retour manifesté de Marie. Hein, badour, en plus y a des crêpes. Le tout avec un poil dans la main, voilà qui fait mieux que les 35 heures de Martine. Vive le soleil, aimons-nous mon Tit-Bout, t’es belle comme une flamme qui brille !

 

Niala-Loisobleu

2 Février 2016

christian-schloe-75_b-1280x768