ENCORE, L’ARBRE QUI PARLE..DU SOIR AU MATIN


7504f82c36c2a4fea8e06b794a8424f3

ENCORE, L’ARBRE QUI PARLE..DU SOIR AU MATIN

 

La nuit les arbres ne dorment que d’une branche, ils laissent au vent les envies de sommeil, aux étoiles de la veillée les phantasmes du laissez danser s’allument; c’est pas une valse, la lune c’est le tango qu’elle met en mouvance le long des troncs, où elle laisse serpenter le reflet de ses cuisses souples. Les gourmandises de la sensualité s’emparent des tubes de couleur, ils connaissent les tons de terre, les ocres, la pulpe des jaunes vénitiens, carminés d’envies charnelles, ils dégueulent des rouges où les jaunes verdissent à devenir violets comme une histoire de Parme qui  s’enlace tout autre. L’écorce est dans un coin de tapis, sur la paille d’une chaise, tenant compagnie au pantalon défait du boxer qui a bouffé la chemise et ses carreaux. On ne peut se sentir, l’arbre et moi que totalement nus. Qui peint l’autre, chacun son tour, ou en même temps, quelle importance la question n’est pas plus de mise que les vêtements.

Sur ton épaule je t’avale à respirer ma Muse

Partout où j’ai pu résider, le temps d’un passage, où dans une station prolongée, j’ai toujours eu un arbre que la lune mettait en marche pour me sortir et m’emmener ailleurs. Au pays où on les plante et où jamais on ne les scie. La relation est aussi forte qu’au début, elle me fascine. Jamais la question de sa normalité ne s’est posée à mon esprit. Tout ce qui est affaire de coeur, est coupé de la tête. La poésie repousse l’encre cérébrale.

 

Niala-Loisobleu
28 Janvier 2016

7 réflexions sur “ENCORE, L’ARBRE QUI PARLE..DU SOIR AU MATIN

  1. D’un arbre mon Capitaine s’est fait un bateau pour l’éternité, mon P’tit-Frère nage à jamais avec les dauphins dans les cailloux des Minguiers, c’est désormais mon bois d’abysses, où les arbres en causant ondulent dans un mouvement perpétuel…

    Merci Capitaine.

    J'aime

  2. Ce matin mon arbre flotte au marnage entre Oléron et les îles Chausey, je croise et cabote de la peinture marine, sûr que la pêche au sel va trouver les bons étiers…merci Francis.

    J'aime

  3. L’informatique et ses gros mystères bien que n’ayant jamais pu me faire sortir de mon arbre, continue de faire ses caprices. Il en est un particulier à WordPress c’est celui de vous désabonner sans prévenir. M’étonnant de ta disparition Madame lit, j suis allé voir où tu te cachais. Bien que peu avisé en matière de neige, je me dis, non elle a pas pu fondre déjà, c’est trop tôt. Et voilà j’ai repris un abonnement que jamais j’avais supprimé.
    Belle journée que celle-ci (bien qu’il pluve)…

    Aimé par 1 personne

  4. Pour ce qui est de flotter, l’arbre n’a rien à craindre, quand la nature ne s’en charge, l’homme est là en relais permanent. Jusqu’au naufrage…

    Merci On met les voiles

    J'aime

Les commentaires sont fermés.