REFLETS D’ESTRANS 4 / Le Grand A d’Amour mis à flot / Ma Cabane et essuies-je mes poubelles / Mes Mains causent de se taire / Voeux cassés / René Char exprime


P1040471

REFLETS D’ESTRANS 4 / Le Grand A d’Amour mis à flot / Ma Cabane et essuies-je mes poubelles / Mes Mains causent de se taire / Voeux cassés / René Char exprime

  • Vois-tu René, celui-ci, fut et est, le porte-drapeau du Grand A. Le nerf, la vertèbre de la colonne qui s’ensuivit. Aujourd’hui premier jour de 2016, plus qu’un signe cette oeuvre est devenue un symbole. Qu’en a fait l’Ange ?

J’aurai du mettre l’air en flacon
peut-être que le sel aurait gardé la chanson de marin
sur l’A de l’embarcadère

A l’encre se tend l’orin
les haubans cliquètent
en suivant des yeux
le tourbillon des mouettes
.
Sur les pavés que la pluie fait briller
des sépias sont restés sous les casiers
qu’en sortira-t-il
un corps mort où le n°5 ?

Voilà le coefficient qui monte
jours de grandes marées annoncés
les estrans remonteront la jupe des vagues
jusqu’au haut des cuisses du rivage

A découvert l’enfoui en faisant surface
dira la vraie couleur du fond
sans l’habillage des mots qui dissimulent la vérité
le silence jauge l’exacte profondeur de l’expression orale

La plage étend tout son corps à la rencontre de l’horizon en question…

Niala-Loisobleu
19 Janvier 2015

  • Alain, voici ma réponse :

FEUILLETS D’ HYPNOS (fragments)

L’intelligence avec l’ange, notre primordial souci. (Ange, ce qui, à l’intérieur de l’homme, tient à l’écart du compromis religieux, la parole du plus haut silence, la
signification qui ne s’évalue pas.
Accordeur de poumons qui dore les grappes vitaminées de l’impossible.
Connaît le sang, ignore le céleste.
Ange : la bougie qui se penche au nord du cœur.)

Vous serez une part de la saveur du fruit.

Amis, la neige attend la neige pour un travail simple et pur, à la limite de l’air et de la terre.

L’acte est vierge même répété.

Le poème est ascension furieuse ; la poésie, le jeu des berges arides.

Si l’homme parfois ne fermait pas souverainement les yeux, il finirait par ne plus voir ce qui vaut d’être regardé.

Notre héritage n’est précédé d’aucun testament.

On ne se bat bien que pour les causes qu’on modèle soi-même et avec lesquelles on se brûle en s’identifiant.

Agir en primitif et prévoir en stratège.

Nous sommes des malades sidéraux incurables auxquels la vie sataniquement donne l’illusion de la santé.
Pourquoi •>
Pour dépenser la vie et railler la santé ?

(Je dois combattre mon penchant pour ce genre de pessimisme atonique, héritage intellectuel…)

René Char

  • Oui René, les yeux je ferme – tous les phares de corps doux en la Lumière ne sont pas parents avec les naufrageurs – les étocs pourraient se montrer qu’ils n’en resteraient pas moins pris en compte. L’Homme qui ne pourrait plus se tromper, outre le fait d’avoir été abusé, serait étranger à la moindre humanité. L’amour est plein de dangers, raison impérieuse de le vouloir vivre. L’Ange, j’en ai fait le Gardien de mon athéisme, il me préserve des fielleuses paroles comme des serments, en n’hésitant pas à me plonger la tête dedans.

Je perds mon oeil

A bon…

Je garde l’autre

Niala-Loisobleu

1er Janvier 2016

001

REFLETS D’ESTRANS 4
2015
NIALA
Acrylique s/toile 65×54
Acrylique et Collage s/toile 46×38

Adresse de mon site officiel : http://www.niala-galeries.com/