Les mannequins se cachent pour sourire / parce que le réel est insuffisant / quand le mal de vivre se loge au fond d’une poche / aussi vide qu’une journée sans poil. / Alors les filles immobiles / dansent sur le papier glacé / des ballets arrêtés. / Elles fixent sans voir / le monde. / De l’autre côté du vernis plastique / nous clignons des yeux. _ Olivier Saillard


2 réflexions sur “Les mannequins se cachent pour sourire / parce que le réel est insuffisant / quand le mal de vivre se loge au fond d’une poche / aussi vide qu’une journée sans poil. / Alors les filles immobiles / dansent sur le papier glacé / des ballets arrêtés. / Elles fixent sans voir / le monde. / De l’autre côté du vernis plastique / nous clignons des yeux. _ Olivier Saillard

Les commentaires sont fermés.