Les mannequins se cachent pour sourire / parce que le réel est insuffisant / quand le mal de vivre se loge au fond d’une poche / aussi vide qu’une journée sans poil. / Alors les filles immobiles / dansent sur le papier glacé / des ballets arrêtés. / Elles fixent sans voir / le monde. / De l’autre côté du vernis plastique / nous clignons des yeux. _ Olivier Saillard


Ah mon Beau, ça peint et pas qu’un peuh !!!


pere_013

Ah mon Beau, ça peint et pas qu’un peuh !!!

Je me lève en chantant

je m’écoute

soudain

surpris

et cherche

ça y est

j’ai tout compris

dans mon sommeil

j’ai écrasé l’homme en habit-rouge

y en avait partout

le bonnet

la barbe

le renne

l’âne

le beuh

le moutard

collés aux parois des rochers en papier

Ah mon beau ça peint

et pas qu’un peuh !!!

Niala-Loisobleu

23 Décembre 2015