RIEN D’AUTRE


tumblr_nmco2z3q731t6w45po1_1280

RIEN D’AUTRE

T’aimer et n’en dire qu’au figuier

mon en vie de suc éclatant sur la barbe

L’oiseau se nourrissant tout seul de ses mains

rejetant les boules pendues aux arbres

cette culpabilité des hommes

d’avoir nitraté les chants

Je t’offre ma paume pour un concert matinal

Et plus loin

prendre le fleuve par la porte de l’écluse

ouverte sur l’au-delà de cet horizon mis au programme

y tendre la toile tissée de tes mains

mon Amour

Tes mains

que j’avais quenouillées d’une tonte au suin encré

du récit de la steppe

des chevaux sauvages

en osmose avec le feu des yourtes

Niala-Loisobleu

22 /12 / 15