GILLES D’UN CHÊNE


 

gilles_vigneault

GILLES D’UN CHÊNE

Plus rare qu’un jardin des plantes

c’jardinier là

m’fait la bonne soupe

Ses yeux me chantent les pattes de l’alphabet

comme la pluche qui retient la vie t’à mine

j’aime le rugueux du coeur

au poil

d’art t’y show

Pas la douceur du sirop

de la main qui flagorne dans l’dos

A faire  qu’mentir l’art de l’humain

Dédicace à Gilles Vigneault

Niala-Loisobleu

14 Décembre 2015

NON JEF T’ES PAS TOUT SEUL


11223943_1224674374226418_5543997718666534861_n

NON JEF T’ES PAS TOUT SEUL 

Plus rien

ficelle coupée, inerte, le cerf-volant est à taire

Dehors les derniers

cris se sont enroulés dans la bande rôle du bac à glas sons 

Qu’est-ce à dire ?

Jette l’interprétation, saisis le message, te trompe pas

l’impression encore fumante ça brûle la langue

Viens mon Coeur ne me quitte pas

Parle

dis-toi tout dans le bon sens

des mots d’encre criés
à deux mains pressées
sans hâte et sans but de victoire

de détournement de sens

Ecoute comme il faut
du remontant de la cheville
en corps dans sa chrysalide
à l’émoi du mollet ton
des plis du jeu nous, là où la cuisse dépose l’écume du jour
branlant de la fourche
pour trouver la source
sortie du tarissement d’un ailé fan trompeur

Parle plongé

nu hors du scaphandre mon Coeur
le tuba en banda empruntant toutes les venelles
à la course au tort haut
dans les rues de pampres lune
mamelles olé olé sorties des basques être
jour de criée
retour de pêche à la b’haleine

N’aies cure
du bedeau et de son éminence érodé

déroute des voies de Jeanne

Entends-toi bien

ce qui est dit en muet d’un sentiment qui s’écrit par la fenêtre

Fais place au tertre
et dense, dense, dense sur le cornet de Boris
qu’à du Tabou une idée avancée
sortie de sa tombe
prête à cracher

Non Jef t’es pas tout seul

Niala-Loisobleu

14 Décembre 2015