OUVERTURE


909bbb6992d5096ac768750cd17875c5

OUVERTURE

L’eau coule, sous des ouates de brouillard, je suis entre ici et Toi en plein centre de Nous.

Bravant la paresse du soleil, le jour se monte à la courte-échelle. De la cuisine du fourré se devine un parfum de civet. La garenne joue avec les glands au pied des yeuses. La barque du nautonnier s’enfonce le nez dans les iris, tirant sans envie sur sa chaîne.

Quand le journal sortira ses fadaises habituelles, il y aura un moment que nous nous serons tenus au loin des maux du quotidien. Je t’emmène au chais où les vignes ont mis leur dernière vendange à mûrir au chêne. Dans l’obscurité l’arôme s’apprête, déboutonne ta pensée que je te peigne. Sans rien démêler des passages de mes doigts quand tu me disais de te mettre le jour à l’oreille. Goutte de baiser, derrière le lobe, jusqu’à la racine de l’épaule.

Il me reste assez d’ocre rouge pour entendre le premier cri se renouveler.

 

Niala-Loisobleu

12 Décembre 2015

Anne Bachelier 0_b50c3_5218582e_XL

 

5 réflexions sur “OUVERTURE

  1. Tu me fais plaisir Francis, et dis-le toi bien, un plaisir dénué de toute envie flatteuse que j’exècre au-desu de tout,.
    Un fil nous reliant dans l’univers cosmique où l’humanité est indécrottable. Merci, je te souhaite un agréable week-end.

    J'aime

  2. Donner de l’amour de celui que la vie représente pour moi, c’est mieux que d’en dire n’importe quoi…Merci Anne, quand on le partage, il en reste toujours quelque chose.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.