JE T’ECRIS (Dédicace à Madame lit)


JE T’ECRIS (Dédicace à Madame lit)

Parce qu’en dehors du mot Amour il ne savait qu’écrire chacun de tous les autres avec de l’Amour et qu’il n’a fait que lui écrire…

Je choisis ce poème, qui a sa couleur en majuscule, dans sa parfaite humilité…

Encore merci Madame lit

Niala-Loisobleu

12 Décembre 2015

JE T’ECRIS

Je t’écris pour te dire que je t’aime

que mon cœur qui voyage tous les jours

— le cœur parti dans la dernière neige

le cœur parti dans les yeux qui passent

le cœur parti dans les ciels d’hypnose —

revient le soir comme une bête atteinte

Qu’es-tu devenue toi comme hier

moi j’ai noir éclaté dans la tête

j’ai froid dans la main

j’ai l’ennui comme un disque rengaine

j’ai peur d’aller seul de disparaître demain

sans ta vague à mon corps

sans ta voix de mousse humide

c’est ma vie que j’ai mal et ton absence

Le temps saigne

quand donc aurai-je de tes nouvelles

je t’écris pour te dire que je t’aime

que tout finira dans tes bras amarré

que je t’attends dans la saison de nous deux

qu’un jour mon cœur s’est perdu dans sa peine

que sans toi il ne reviendra plus

 

Miron, Gaston, « Je t’écris », L’homme rapaillé, Montréal, L’Hexagone (Typo), 1998.

 

cropped-p104072212.jpg
MAINS TENANT 1 – 2015 – Acrylique s/toile 55×46 – http://niala-galeries.com

Madame lit un extrait de «La marche à l’amour»


Pour le plaisir que tu m’as donné Madame li, merci !

Niala-Loisobleu
12/12/15

Madame lit

Homme_rapaillé2

Chère lectrice, Cher lecteur,

Aimez-vous rencontrer des écrivains, des poètes, des dramaturges?

De mon côté, il fut un temps où j’aimais beaucoup participer à divers événements littéraires pour discuter avec des artistes afin d’en apprendre davantage sur leur processus de création ou pour tout simplement me présenter. Les mots de ces derniers m’accompagnent au fil du temps. En ce sens, les créateurs occupent une place de choix dans mon imaginaire. De surcroît, ces rencontres peuvent changer une vie par leur puissance, leur résonnance et leur intensité.

J’aimerais vous parler de ma rencontre avec un grand poète québécois Gaston Miron. Avez-vous déjà lu ses poèmes? Dans le cadre d’un cours à l’Université Laval, j’ai eu le privilège d’entendre Gaston Miron réciter ses poèmes. Ce moment a été assez bouleversant. Non seulement Gaston Miron avait une prestance assez impressionnante, mais il était un orateur exceptionnel. Il possédait un charisme extraordinaire. Il s’est même…

Voir l’article original 357 mots de plus

OUVERTURE


909bbb6992d5096ac768750cd17875c5

OUVERTURE

L’eau coule, sous des ouates de brouillard, je suis entre ici et Toi en plein centre de Nous.

Bravant la paresse du soleil, le jour se monte à la courte-échelle. De la cuisine du fourré se devine un parfum de civet. La garenne joue avec les glands au pied des yeuses. La barque du nautonnier s’enfonce le nez dans les iris, tirant sans envie sur sa chaîne.

Quand le journal sortira ses fadaises habituelles, il y aura un moment que nous nous serons tenus au loin des maux du quotidien. Je t’emmène au chais où les vignes ont mis leur dernière vendange à mûrir au chêne. Dans l’obscurité l’arôme s’apprête, déboutonne ta pensée que je te peigne. Sans rien démêler des passages de mes doigts quand tu me disais de te mettre le jour à l’oreille. Goutte de baiser, derrière le lobe, jusqu’à la racine de l’épaule.

Il me reste assez d’ocre rouge pour entendre le premier cri se renouveler.

 

Niala-Loisobleu

12 Décembre 2015

Anne Bachelier 0_b50c3_5218582e_XL