BLEU VILLAGE


BLEU VILLAGE

Quand les tuiles ont commencé à gémir

comme une oie sauvage, l’évent m’avait déjà averti

de penser que pour tout ce qui migre

la lecture des cartes ne doit pas être dévolue aux  imposteurs

Le sinistre hélas arrive dépassé

D’un ciel sombre les étoiles filent entre les doigts

si on ne repeint le ciel qu’en faussaire

Les maisons troglodytes forent la montagne

pour garer l’étalon du bleu

comme un Louvre ses petits le jour d’invasion

Pris d’une défense passive le soleil se fonce dedans

non je les entendrai pas chialer

L’enfant sauvera la ronde

l’enfant reviendra sur tout chat perché sur des contes in

en sortant de sous les jupes plissées

des terres stériles

l’à-plat d’un ciel sans nuages

Pourvu qu’à son tour il ne soit atteint

de cette démence

de vouloir être un grand…

Niala-Loisobleu

9 Décembre 2015

P1040805

BLEU VILLAGE
(Aspect des parenthèses)
2015
NIALA
Acrylique s/toile 46X38
 
Adresse de mon site officiel : http://www.niala-galeries.com

MOINEAU


9 - 1

MOINEAU

Un peu plus de froid cherche avec effroi

sautera-t-il ou ne sautera-t-il pas ?

Les hommes

qui leur a mis cette idée en tête

si ce n’est eux mêmes

ils sont si petits du dedans

pourquoi portent-ils toujours des habits trop grands ?

Moineau

ton gros coeur rebondit ton petit ventre

qu’on l’entend battre sous les feuilles mortes

plus fort qu’une douzaine d’eux

Moineau

dis-moi le penché de nos tempes

quand au sein elles cherchent à voir

rien d’autre que le sein des choses

le palpitant palpable

Moineau

t’es rien de ces artificielles promesses

comme les nichons prothèses

secs d’espoirs

Moineau

ta force frêle

m’envole à peindre

une histoire d’amour

où le noir pousse un jaune

en son coeur

Niala-Loisobleu

9 Décembre 2015