LA BEAUTÉ DE L’HUÎTRE


P1030960

 

LA BEAUTÉ DE L’HUÎTRE

« J’ai embrassé l’aube d’été », écrivait Rimbaud : permettez-moi de vous

embrasser, lecteurs, comme l’artiste embrasse le monde.

A la veille de ma révolution

la question  de savoir

si

si je suis-je ouvert ou fermé,

aux autres comme à moi-même

me semble des plus urgentes

Plus qu’un petit pan de nuit pour donner une réponse

à 03h00

je serais pour la 82 zième fois expulsé

pour de vrai

Sagittaire

Ah diantre, en qualité d’artiste

suis pas art laid davidson

qu’on monte sur les foires,

vert-de-zieux comme l’huître,

j’aime le sel et ce qui éclaire.

L’embrouille c’est pas ma tasse de thé.

Aux fenêtres de mes chaires, j’ai planté mes sarments de vie,

sans jamais en démentir…

Pas causeux ça c’est bien vrai

j’suis pas pour autant coincé du mot-peint

ne laissant aucun espoir  à l’imposture

pas plus qu’à la forfaiture

Mon p’tit vélo jamais dégonflé

je choque les vers pour repousser l’échéance du pis sans lit

Label vigne !

Adepte de l’andouille mon innocence honore tous mes déboires..

j’vous l’répète

santé mon P’tit-Gars

A la mienne !

A l’amour toujours l’amour amoureux de Toi mon Amour !!!

 

Niala-Loisobleu

23 Novembre 2015

IMG_0684

COULEURS DU NOIR


COULEURS DU NOIR

Premiers froids, l’extérieur parle à torts et à travers

dans l’âtre du coeur

l’arbre pare à son bois

sans saison dite

gardant son lit de braises

par le souffle du silence

comme le vent qui protège de la pluie

Le silence n’est pas l’écriture de sable

du mensonge

c’est le mouvement perpétuel de l’amour

que l’écume des jours

garde vive

fenêtre sur l’aube

ouvrant la nuit à la lumière

des couleurs du noir

Niala-Loisobleu

23 Novembre 2015