DE L’AUTRE CÔTE DE LA MONTAGNE


 

 

1ff1455f6c4e146ffd4a769913a15d53

 

DE L’AUTRE CÔTE DE LA MONTAGNE

 

Les rues ne savent plus rien des noms qu’elles portent

où habites-tu dans quel appartement de ta mémoire

jusqu’au bruit réconfortant des pas qui s’est étouffé

Entre la lavande des draps de l’armoire

les lettres d’amour ont fanées

le ruban auquel les promesses s ‘étaient amarrées a cédé

Quand la couleur se fait noire que peut-on attendre des plumes

sinon écrire une malchance pleine de ses fautes

dépit, aigreur, dérive, les mots lâches sortent de l’action omise

Je vais marcher jusqu’au débord des larmes à trois balles

il y a trop de souffrances sèches pour se noyer à côté des réelles

occulter la vérité du point de départ fait la cause du malheur de l’arrivée

Les yeux n’ont d’autre fonction que celle de voir

regarder que ce qui arrange vous rattrape toujours quelque part

pour avoir il faut toujours commencer par donner

Zarathoustra

le prophète planteur de soleil sur la montagne

ne « sait-il » pas éclairé lui-même

pour finir par voir ce que les hommes font de ce qu’on leur donne ?

Niala-Loisobleu

22 Novembre 2015

0dbd2759c688b7bcaeedcb653f4c7150

https://www.youtube.com/watch?v=xqBiE0nUnMM