LE CERTAIN REGARD


LE CERTAIN REGARD

Le rideau est redevenu calme

ce qui frissonne

n’est plus que ta  présence qui transperce

Ô Combien les yeux

quand ils ont ce Certain regard

ont le pouvoir de tisser

à eux seuls le fil du labyrinthe

Balayée des clôtures

Rabotée des montagnes

Emergée des eaux noires

cette ombre de toi-même est décrochée

Jusqu’aux liaisons des briques qui tremblent

des asphaltes qui retrouvent les silex du chemin initial

De ta gorge obstruée par des amas de cris étouffés

un air de fugue s’embouche aux tuyaux des grandes orgues

Tiens de mon sûr ô

je te donne la sarbacane de mes couleurs indiennes

soleil ceint d’émotion pour tant rober de bleu…

Niala-Loisobleu

18 Novembre 2015

IMG_0664

7 réflexions sur “LE CERTAIN REGARD

Les commentaires sont fermés.