OBLIVION


15 - 1 (6)

 

OBLIVION

Je laisse aux amarres distendues le cri de la sirène

à quai du dernier appel

Derrière les grilles

le port n’en demeure pas moins altier, assez d’odeur reste accrochée à la crémaillère de l’âtre des pierres

Sur la buée de mes lunettes un dois, ultime volonté, dessine des caresses, derme-papier mâché des ongles du désir, photos d’un passage à gué entre les cuisses d’une vallée. Instants allongés d’heures

Le crachat des chameaux n’a pas atteint la rive de l’oasis, il reste  assez de source bleue à boire dans l’encrier

mots à la régalade d’un baiser

Ces points de suspension reconnais que tu en ignorais tout, occupé que tu étais à t’exclamer. Parenthèse. Ne vois que la roseur du coquelicot brun, s’ouvrir comme une grenade andalouse au fond du bassin d’eau vive

A l’enfoui des broussailles des chuintements marécage annoncent la proximité du delta. La vierge s’ouvre au seuil de la cérémonie d’initiation

Nos pas de danse se lovent autour du tronc. Reptiliennes étreintes. La lèpre des hauts-murs gris s’écaille. Roseur arrosée. un seul glissement de lime coupe l’astreinte des barreaux

T’oublierai-je d’un écart de conduite

d’une détrempe ayant ignorée l’oeuf

ou bien d’un vent mesquin répugnant à reconnaître sa puanteur ?

Voici face à face,  mon ombre avec sa lumière

coup de gong

l’eau claire sort la bulle d’air. Libre altitude où tendre le pavois de nos couleurs au sommet du stupa à flanc de montagne. Or au couchant des offrandes

Renaître

Comme la peinture sèche qui repousse opiniâtrement au vert des doigts, en ne retenant de la gerçure que la volonté de parvenir au sommet de l’escalade.

Niala-Loisobleu

30 Novembre 2015

 

 

 

 

 

 

 

VIE PRIVEE 33


https%3A%2F%2F40.media.tumblr.com%2Fef20fc5c1434829b03221fadb67126e4%2Ftumblr_nyhkfbpdZ61utrwiwo1_540

VIE PRIVEE 33

Tout dégoutte. Ces morceaux de ciels déchirés qui pendent. On dirait une paire de joyeuses sorties du slip par des espoirs contrariés. Le tant du salut des copains s’éloigne. Jojo à parler d’amour avec sa gueule qu’il a, c’est davantage noir-noir que mibraillette zip youp lala. Trop c’est toujours trop. Au fil du temps ça vieillit pas d’un poil. Voilà un effet du genre humain qui lui colle à l’appeau depuis qu’il a voulu plus marcher à quat’pattes. Oh bord d’ailes, moi l’oiso des marais, volatile sauf de convictions, nicheur de ce qui se passe au sein nourricier du soutien-gorge débretellé, prince de crabe à l’étrille, évent des globes, j’en ai la nausée des bonimenteurs du bonneteau qui se promènent sur le marché avec leurs barons. On crève de tout.Et pas qu’un pneu mon colon. Pourtant, c’est lamentable, j’peux pas cacher une satisfaction tirée du marasme. J’suis plus résident à mon Paname. Là où j’vis j’peux en corps rouler. Non bloqué par les auteurs du crime contre la nature qui, non seulement pas gêner de mentir, viennent festoyer à nos frais. Mon Amour ô mon amour donne-moi mon peint quotidien, approche que je me libère à te boire comme un bébé qu’on se s’rait fée que de bleu.

Niala-Loisobleu
30 Novembre 2015

cropped-cabal

ECHEC SANS PROVISION


5d71dbbf-f823-4b2c-b586-1da2a8db4a1b

 

ECHEC SANS PROVISION

Fond blanc qui sent le craint

la truffe sèche, tu aurais du voir que tout était gelé

pour un chien

ça manque de flair

Négatif, jusqu’aux seins

ces seins égarés ceints Antoine de pas doux

en les mettant à l’affiche tu t’voyais déjà

en ô de l’ado man

Cherche  la lampe à huile où le génie est aux arrêts

on sait jamais

Et tendant son fil

le rasoir

noir et blanc mosaïque

coupe à l’atout

Le facteur de pis anneaux

mettant son front à l’index

s’écrit d’une plume à la ronde

c’est pas écrit la poste ici

Allo les pompiers

mon chas est coincé dans la gouttière

vite la grande échelle !

Niala-Loisobleu

30 Novembre 2015

 

gplus-49334401

 

 

GERMINE HALL


GERMINE HALL
Des doigts la peau tâte
On dirait que la paume se voudrait sébile
prise du glacé s’emparant des artères
veinules isolées du coeur
Ô monde,
non ne m’abandonne pas au parti d’indifférence, tu sais combien j’ai le derme tactile
je ne ferais jamais l’aumône à l’amour
En cela d’être étranger m’adoube au solitaire
diamant du pauvre
sans bague à la patte
L’automne
de toutes parts
engrosse en catimini de son bourgeon nubile
l’utérus d’un printemps avenir
de ses éjaculations solaires
Niala-Loisobleu
29 Novembre 2015

NASCENTIA


DSCF0095.jpg

NASCENTIA

Sur la bande d’enduit faite en raccordement à la cimaise de l’orée, la poutre manifestant sa charpente, jeta son Bon Jour en vertèbre.

Commença à apparaître la voûte

Assise au reposoir des bons corbeaux

De certaines plates-bandes au circuit des croisées, déchirant l’opaque tenture, vînt la nascentia, bruissante chair de poule, en mélange odoriférant émanant de la poussé native.

Humain silence du cri.

L’église en jetant sa flèche aux marches de l’arc-en-ciel se fit pure, non-bigote à l’instar du sacré libre de toute obédience.

J’en eu le pouls ceint de l’union par le couteau aux deux veines, buvant au sein gonflé de cet amour sans comparable possible, Tout de l’Autre, un Bleu Double.

Il se peut,

nôtre volonté n’ayant pouvoir que sur nous-mêmes, qu’alentour l’orage meurtrier gronde avec ses sinistres assujettis, oui, certainement. Raison impérieuse de ne pas taire l’éveil de l’amour qui vient à nous.

Amour je t’embrasse des dix doigts, lèvres à tes aréoles en communion !

 

Niala-Loisobleu

29 Novembre 2015

DSCF0109.jpg

 

 

 

A LA SANTE DU SERPENT


weirdo_by Pierre Fudaryli-d7s4se8

A LA SANTE DU SERPENT

I

Je chante la chaleur à visage de nouveau-né, la chaleur désespéré.

II
Au tour du pain de rompre l’homme, d’être la beauté du point du jour.

III
Celui qui se fie au tournesol ne méditera pas dans la maison.
Toutes les pensées de l’amour deviendront ses pensées.

IV
Dans la boucle de l’hirondelle un orage s’informe, un jardin se construit.

V
Il y aura toujours une goutte d’eau pour durer plus que le soleil sans que l’ascendant du soleil soit ébranlé.

VI
Produis ce que la connaissance veut garder secret, la connaissance aux cent passages.

VII
Ce qui vient au monde pour ne rien troubler ne mérite ni égards ni patience.

VIII
Combien durera ce manque de l’homme mourant au centre de la création parce que la création l’a congédié ?

IX
Chaque maison était une saison.
La ville ainsi se répétait.
Tous les habitants ensemble ne connaissaient que l’hiver, malgré leur chair réchauffée, malgré le jour qui ne s’en allait pas.

X

Tu es dans ton essence constamment poète, constamment au zénith de ton amour, constamment avide de vérité et de justice.
C’est sans doute un mal nécessaire que tu ne puisses l’être assidûment dans ta conscience.

XI
Tu feras de l’âme qui n’existe pas un homme meilleur qu’elle.

XH

Regarde l’image téméraire où se baigne ton pays, ce plaisir qui t’a longtemps foi.

Xlll
Nombreux sont ceux qui attendent que l’écueil les soulève, que le but les franchisse, pour se définir.

XTV
Remercie celui qui ne prend pas souci de ton remords.
Tu es son égal.

XV
Les larmes méprisent leur confident.

XVI
Il reste une profondeur mesurable là où le sable subjugue la destinée.

XVII
Mon amour, peu importe que je sois né : tu deviens visible à la place où je disparais.

xvIII

Pouvoir marcher, sans tromper l’oiseau, du cœur de l’arbre à l’extase du fruit

XIX
Ce qui t’accueille à travers le plaisir n’est que la gratitude mercenaire du souvenir.
La présence que tu as choisie ne délivre pas d’adieu.

XX

Ne te courbe que pour aimer.
Si tu meurs, tu aimes encore.

XXI

Les ténèbres que tu t’infuseras sont régies par la luxure de ton ascendant solaire.

xxn

Néglige ceux aux yeux de qui l’homme passe pour n’être qu’une étape de la couleur sur le dos tourmenté de la terre.
Qu’ils dévident leur longue remontrance.
L’encre du tisonnier et la rougeur du nuage ne font qu’un.

XXIII

Il n’est pas digne du poète de mystifier l’agneau, d’investir sa laine.

XXIV
Si nous habitons un éclair, il est le cœur de l’étemel.

XXV
Yeux qui, croyant inventer le jour, avez éveillé le vent, que puis-je pour vous ?
Je suis l’oubli.

XXVT

La poésie est de toutes les eaux claires celle qui s’attarde le moins au reflet de ses ponts.

Poésie, vie future à l’intérieur de l’homme requalifié.

XXVII

Une rose pour qu’il pleuve.
Au terme d’innombrables années, c’est ton souhait.

RENÉ CHAR

Et quand l’oeuf reviendra te solliciter  ne le couve plus,

on fait trop d’enfants à partir d’un mensonge dissimulé dans la graine.

L’amour dès qu’il se fait fouisseur a des crocs sous son sourire

Je ne me déteste pas encore

il faut que je colmate les trous de mon innocence avant qu’il soit trop tard.

Niala-Loisobleu

28 Novembre 2015

534145235

TE VOILA PENDU


facebook_1442667938533

TE VOILA PENDU

À portée, dans cette rue piétonnière, combien de brins d’herbe essaient de se soustraire à l’emprise du pavé ?
Je n’ai pas besoin de les voir, il suffit de se tourner du côté éteint des façades pour sentir combien le vert manque. Curieuse époque que la nôtre qui finit par enfermer le dehors à force de circonstances contraignantes. Les cordes se détendent, les noeuds se desserrent mais juste pour faire semblant. C’est au moment où tu présentes ton signe de confiance que la trappe s’ouvre sous tes pieds. Te voilà pendu, bel et bien. Enfin « bien », faut par interpréter de travers.

L’herbe est étouffée par l’asphalte. Pas le droit d’être fou au sens littéral, c’est juste autorisé pour faire joli dans une phrase appropriée et seulement quand ça arrange. A la poterne l’amour retourne par les souterrains, dissimuler son existence, il ressortira que pour jouer la comédie au premier besoin d’intérêt. Une éternelle jeunesse a été réservée à la tromperie.

 

Niala-Loisobleu

28 Novembre 2015

62eaeaf53cd8f6ca6071c0c70f28bcd5