SILENCE !

Le silence descend en nous,
Tes yeux mi-voilés sont plus doux ;
Laisse mon coeur sur tes genoux.

Sous ta chevelure épandue
De ta robe un peu descendue
Sort une blanche épaule nue.

La parole a des notes d’or ;
Le silence est plus doux encor,
Quand les coeurs sont pleins jusqu’au bord.

Il est des soirs d’amour subtil,
Des soirs où l’âme, semble-t-il,
Ne tient qu’à peine par un fil…

Il est des heures d’agonie
Où l’on rêve la mort bénie
Au long d’une étreinte infinie.

La lampe douce se consume ;
L’âme des roses nous parfume.
Le Temps bat sa petite enclume.

Oh ! s’en aller sans nul retour,
Oh ! s’en aller avant le jour,
Les mains toutes pleines d’amour !

Oh ! s’en aller sans violence,
S’évanouir sans qu’on y pense
D’une suprême défaillance…

Silence !… Silence !… Silence !…

Albert Samain

81_Liu_Xiangdong_100_2

SILENCE !…

Dans l’herbe trempée des chaleurs nocturnes
Glisse un courant d’air
Je bats du coeur
Quelques fourmis se rendent au travail sans bruit
Les éboueuses déblaient les pellicules de mon jardin
Le Père Cool, hâteur gratte une allumette
Il allume le réveil
Hume l’arabica, sort le beurre et les tartines
La radio qui chante dehors fait Bon Jour M. le Soleil
J’ai déjà l’aviron et la bicyclette dans la musette
Un bouquet rose de crevettes
Une douzaine de claires
Un sourire de Muscadet
Tout cela est bien serein hors de la cage
Même l’océan ma mer me berce
Je pêche un abricot pour la route
Et le glisse sans bruit entre mes lèvres
Tu as bon goût Loiso
Tes yeux pétillent de Muse
Mais chut

En route !

Niala-Loisobleu

30 Octobre 2015

https://www.youtube.com/watch?v=DCiRhCTWdik