EN VRAC A TERRE


11.10.15 г. - 1EN VRAC A TERRE

Les mousses sortent des cheminées tandis que les terrils halètent un peu plus loin, est-ce un reste de grisou qui par peur d’anthracite s’est abstenu de prendre feu ?

Bah, faisant appel à l’antécédent de mon histoire, me revient l’empilage des cartons sous le verre ou la tasse, sur la table ronde d’un troquet. Mabillon, face au métro, tu m’as-tu fait plus souvent passer par la Rhumerie que par l’arrivée d’Orsay. Je t’ai regardé durant des heures, coeur en oreilles Eluard. Les bancs de la Place de Furstenberg, en sont témoins. Un peu de Peynet pour attendrir les aboiements du quotidien.

Avec ses odeurs de Cité, la Seine se passait en public.  Prenez un bain Deligny, quatre remorqueurs d’Alexandre Dumas, une vierge en proue c’est mieux que peuh, pour les pêcheurs on sert à discrétion, enfin quelques ponts avec péniches et le conte est bon.Ce temps là broyait la couleur en poudre, huile de lin et coude de l’autre. L’huile de lin ça vous attrape d’abord par le nez, par bidon de cinq litres on a la frite avec. On l’avait comme jamais un tube n’a eu le hit. Pour peindre le drap de lit se tendait plus chair d’ébats antérieurs. Peindre sur la toile où l’amour s’est enduit, ma parole, c’est sans craindre d’avoir des craquelures à la peau. Les paysans, les marins-pêcheurs, les fondeurs, enfin toutes les sortes de manuels chantaient sans machines, trucs automatiques, et repos dominical.

A croire que le bonheur s’accommode mieux du simple. Pourtant les chiottes étaient souvent au fond du jardin. Pas d’eau chaude ça doit rapprocher à se bassiner le ventre, pris dans l’étau des cuisses. Bref la veillée cultivait autrement qu’une réforme régionale.. En plus de connaître ses départements on pouvait donner plus qu’une idée fausse de l’humain. A tout ça, sel que j’aime, j’en brasse.VIolon selle et cheval de ma neige, un sein que je ne saurai que voir.

C’est bon de savoir pleurer des mots scions.

Niala-Loisobleu

18 Octobre 2015

0250bd9ca63fe41e4f78ed942b7690a1

https://www.youtube.com/watch?v=ijNm6iVCFqY

HYBRIDATION


tassos kouris3

HYBRIDATION

Qui de la mer ou du fleuve m’a vomi en premier, peut-être bien que je viens-je des deux par moitié,

mi-homme, mi-cheval …

Dans la nuit quelqu’un dit
Ne mêle pas mots et couleurs
Fleurs et soleil
L’âme derrière les nuages
A peine éclaire, vole et fuit

Quelqu’un dit
N’attends pas trop de lumière
Sur la route
Tes larmes, tu les boiras seul
Au bout du chemin

Marc Chagall

L’eau quitte la souplesse des tiges, je vois l’herbe se tourner vers le fauteuil-roulant du vent. La barbe laissée aux je sème de la rousse. Semer quoi ? Semer pour qui ? Les enfants qui sèment sont repartis derrière les portes de la nuit récolter les vide-greniers des fenaisons sèches. Silo nous était contée disent les grands, on saurait pas trop quoi raconter. On est toujours né de quelque part, ben la portion est devenue plus que congrue. La fuite mise à part, qu’est-ce qui reste ? Des épouvantails vivants (enfin…) implorant les oiseaux de leur apporter le grain qu’ils n’ont pas su mettre dans leurs voix, in the groove absent, bonsoir le boeuf

Centaure j’hennis des quatre faire : être, aimer, vouloir, donner.

Bach anal la fugue du jour de merde, ainsi soit-île….

Niala-Loisobleu

18 Octobre 2015

boris shapiro5

https://www.youtube.com/watch?v=bkUUjUJ4wHg