AURORALE


art_conceptual_photo_terasaki_1

AURORALE

Est-ce de nuit en corps pris de rêve , où de conviction chronique à regarder que le matin n’est pas un moment ordinaire que je suis toujours au guet d’aurore? Depuis le temps que je me pose la question, il s’avère que je me fous de toute angoisse que ça que ça pourrait renfermer et qu’en réponse j’ai la même joie de me retrouver face à ma perpétuelle capacité à m’étonner. Surtout quand j’aborde le genre où je range le matin.

Le matin est du genre féminin. Entre ou vert rose. Embué d’un souffle minéral fusant au travers d’un végétal strictement issu de flore marine. Il est déjà sur ma langue au premier pied posé à taire. Le réveil ouvre une cérémonie, où les exhalaisons vont prendre un rite sacré. Mécréant intégral, j’ai le sacré jusqu’à la moelle, si bien protégé par l’os, que je carapace uniquement ce qui ignore l’émotion. Et le matin lui est plus que grand ouvert.Remontant immanquablement au virginal de toute vie. Instant du voeu secret, tête-à-tête, introspection, rassemblement des clefs, huilage des serrures puis franchissement du seuil de l’Autre.

Avant la colonisation du jour par tous les moyens d’appropriation du quotidien, il demeure le temps d’un arrêt de Chronos, on a quitté le sol, on lévite.  On goûte, on sirote, n’arrachant plus des incisives, savourant enfin les sucs des lambeaux nichés aux gencives, poils ressorts, grain d’une voix de peau, soupir d’un mollet au talon, flux de fragrances…Tout ce que j’ai brouté, en pleine lune des assauts aux tranchées à patauger dans les flaques montre son véritable visage. L’orgasme décomprime et libère l’amour.

Décoiffée, ma ligne de vie tremble à l’empan, nue jusqu’aux nervures de mes ongles, me voici au bord d’un nouveau tableau. Je plonge !

Niala-Loisobleu

12 Octobre 2015

brooke44

https://www.youtube.com/watch?v=x1ByRGNIpFA