TROIS POEMES POUR ANNABELE LEE


Moon Compasses

TROIS POEMES POUR ANNABELE LEE

La lune s’attarde au-dessus des collines
Et je sens les lueurs des étoiles sous ta peau
Fleurs de jacaranda et parfum d’aubépine
Dans cet or de la nuit tes cheveux coulent à flots
Les groseilles boréales et les airelles fauves
Au velours de tes lèvres humides et licencieuses
Me laissent dans la bouche un goût de folie mauve
Un arôme estival aux couleurs silencieuses


Annabel Lee
Pas un seul cheveu blanc
N’a poussé sur mes rêves
Annabel Lee
Au roman des amants
Je feuillette tes lèvres


Vapeurs de canneberge oubliées dans la bruine
Et sur les pétroglyphes de tes bleus sanctuaires
L’esprit de la mangrove suit l’ombre de tes djinns
Et dézeste les grumes aux subtils estuaires
Ne laisse pas la peur entrouvrir le passage
Obscur et vénéneux dans l’argent de tes yeux
Mais donne à la lumière tes pensées les plus sages
Pour un instant de calme, de plaisir délicieux


Annabel Lee
Pas un seul cheveu blanc
N’a poussé sur mes rêves
Annabel Lee
Au roman des amants
Je feuillette tes lèvres
Annabel Lee
J’ai dans mes récepteurs
Le parfum de ta voix
Annabel Lee
Je te connais par cœur
Sur le bout de mes doigts


Au loin dans la vallée la brume se mélange
Aux pastels de safran de violette et d’orange
Et j’en vois les reflets dans ton regard voilé
Par des réminiscences d’antiques cruautés
Ne laisse pas les mères de vinaigre envahir
Tes pensées ta mémoire tes rêves et ton sourire
Chasse au loin ta détresse laisse entrer le printemps
Le temps de la tendresse et de l’apaisement


Annabel Lee
Pas un seul cheveu blanc
N’a poussé sur mes rêves
Annabel Lee
Au roman des amants
Je feuillette tes lèvres
Annabel Lee
J’ai dans mes récepteurs
Le parfum de ta voix
Annabel Lee
Je te connais par cœur
Sur le bout de mes doigts

Hubert Félix Thiéfaine

Annabel Lee

 https://www.youtube.com/watch?v=5fk8kI9XG6U

J’VEUX PAS MOURIR VIEUX


7edc64775feb5bfaf5d84c1c3735dd6a

J’VEUX PAS MOURIR VIEUX

Une nuit d’hommes sans faits notoires. Le jour, mal réveillé s’étire des étoiles que personne n’a vu. Enfin presque. Un minuscule géant, commence son cinéma au milieu du lit conjugal des lambdas du 5°. Lui, toujours sur la frustration de la fièvre du samedi soir. Elle, défendant son territoire, un caleçon long en clôture, en disant ça y est le voilà qui veut déjà. Merde un dimanche qui commence mal. Tout dans la tête, le coeur cherche le remontoir. Qu’est-ce qu’on va bien pouvoir occuper les enfants à faire ?. Faut trouver un appeau familial, où tout baigne, mijote la mère en se sentant une démangeaison intime remontant d’un trou vide. Trop vieux maintenant pour les manèges, faudrait les emmener à l’éco-musée d’un bordel pour qui voyent des souvenirs de leurs grands-parents. On en profiterait pour laisser un chrysanthème en plastoc, c’est bientôt Toussaint. . Il faut que Paul laisse sa petite soeur, elle trouvera bien toute seule la meilleure façon d’apprendre à décortiquer la crevette. Quand je vois l’état de leurs draps, je pense qu’ils font une allergie au coton. Faudra que je voye les contre-indications du produit à vaisselle. Le quartier brocante ce dimanche. Je vais me débarrasser de leur père. Il parait que trois foyers sur un sont éteints. Les pompiers se reposent la bouche d’eau. Et la grande échelle se fait plus mettre en levrette contre les façades. Avec les intempéries on manque plus d’eau, l’extinction est un phénomène devenu naturel. Passé les premiers nuages, il devrait faire du soleil. Froid à sec, un peu comme le rapport sodomite que les Hommes développent entre eux. La nouvelle culture humaniste du faut que j’te mette avant de me faire foutre se fête chaque jour avec ses voisins.

N’empêche que dans mon île, là où j’ai cabane ouverte, je m’en fous vieux jeu comme un sale môme qui voit pas les années sortir de la marelle. Mes craies aiment me colorer les doigts, ça tâche pas les ronds de fumet des histoires que je m’artisane. Bah, bien sûr le fil du rasoir c’est pas sans risque de se couper. Mais la norme c’est l’assurance de se noyer. Donc quitte à se pendre, mieux vaut que ce soit au cou de l’amour, j’veux pas mourir vieux.

Niala-Loisobleu

11 Octobre 2015

01a

https://www.youtube.com/watch?v=YrLk4vdY28Q