CLOTÛRE AUX LEVRES ROSES


affiche

CLOTÛRE AUX LEVRES ROSES

Aux yeux des vitrines

Les strates

De jours mal choisis

En rigole

Vont

Passer les grilles

Battues en brèches

Les cernes repoussés

D’où seraient-ils venus sinon de ce sillon

qui sorti de la nuit

porte la graine du jour en lui ?

Enveloppe sphérique paisible

où la lave cautérise la griffe

Sa plaie

Son infection

Son agression

La palme débarque la pâques et ses oeufs cernés

de la Trinite

A l’étiage du bénitier

Il pleuvait

D’un gris uniforme

Quand du rideau de leurs paupières

sortirent les trois coups solaires

Et là

Dans les Recollets

Les Bleus-Blancs Matins

Nous mirent au m’aime soleil

Pour que naissent les Reflets d’Estrans

mon Capitaine

En appareillage

Pour une aube

Que le silence projette au coeur d’un absolu échange

Troublé en rien par les battements sonores des coeurs

Peindre pour voir la couleur enfanter
Recule d’ô tant la pensée de mourir

En donnnant

Mains tenant

Le désir de renaître en corps et encore à l’amour !
Loisobleu
31 Octobre 2015

calb682P1000280_JPG

https://www.youtube.com/watch?v=EidJV2mb9h8


SILENCE !

Le silence descend en nous,
Tes yeux mi-voilés sont plus doux ;
Laisse mon coeur sur tes genoux.

Sous ta chevelure épandue
De ta robe un peu descendue
Sort une blanche épaule nue.

La parole a des notes d’or ;
Le silence est plus doux encor,
Quand les coeurs sont pleins jusqu’au bord.

Il est des soirs d’amour subtil,
Des soirs où l’âme, semble-t-il,
Ne tient qu’à peine par un fil…

Il est des heures d’agonie
Où l’on rêve la mort bénie
Au long d’une étreinte infinie.

La lampe douce se consume ;
L’âme des roses nous parfume.
Le Temps bat sa petite enclume.

Oh ! s’en aller sans nul retour,
Oh ! s’en aller avant le jour,
Les mains toutes pleines d’amour !

Oh ! s’en aller sans violence,
S’évanouir sans qu’on y pense
D’une suprême défaillance…

Silence !… Silence !… Silence !…

Albert Samain

81_Liu_Xiangdong_100_2

SILENCE !…

Dans l’herbe trempée des chaleurs nocturnes
Glisse un courant d’air
Je bats du coeur
Quelques fourmis se rendent au travail sans bruit
Les éboueuses déblaient les pellicules de mon jardin
Le Père Cool, hâteur gratte une allumette
Il allume le réveil
Hume l’arabica, sort le beurre et les tartines
La radio qui chante dehors fait Bon Jour M. le Soleil
J’ai déjà l’aviron et la bicyclette dans la musette
Un bouquet rose de crevettes
Une douzaine de claires
Un sourire de Muscadet
Tout cela est bien serein hors de la cage
Même l’océan ma mer me berce
Je pêche un abricot pour la route
Et le glisse sans bruit entre mes lèvres
Tu as bon goût Loiso
Tes yeux pétillent de Muse
Mais chut

En route !

Niala-Loisobleu

30 Octobre 2015

https://www.youtube.com/watch?v=DCiRhCTWdik

ÉTAT DES LIEUX 6


IMG_0635

ÉTAT DES LIEUX 6

L’heure affiche son présent, minutes de conséquences et secondes de traces à relever. Des heures clouées d’étoiles, lin tendu aux marées sur le châssis des bers, il n’y a pas eu que des passages aboutis, mais toute odyssée doit avoir son écope à bord.

Voilà un cycle qui, en dehors de cernes aux yeux, ne fait que nous enfoncer dans sa lise. La peur aux fesses de voir l’incompétence devenir mention d’examen. Nul n’a le droit d’ignorer le devoir…sauf les apprentis-sorciers du nouveau monde, uniquement préoccupés par la réussite es qualité du nul accompli.

Depuis que j’accroche des wagons à la petite locomotive de mon jardin d’enfants, la traversée d’un si long tunnel n’avait eu lieu. On a même plus la guerre pour entrer dans la résistance. Interdit de mettre l’œil à la portière sous peine de se pocher les deux aux parois du noir.

Alors la Muse se mettant l’oiseau en coiffe a percé le plafond pour y refixer la boule à faire reluire les parquets. Sortant le bandonéon de l’étui du barrio, un coup de miror au percolateur, quelques œufs durs dans le viandox et du fendu profond dans le décolleté, elle a mis le piano-bar des anesthésistes du quotidien au placard.

– Allez Loiso, viens me faire denser,

prends-moi dans tes bras qu’on se décortique le valseur de la nasse à crabes. Allons sur la jetée appareiller au chenal pour passer les grosses balises Botero. Miro et NIckie nous attendent pour faire l’aronde à relancer du printemps. Je voyage d’assez longtemps pour avoir le sens de la navigation sans Géricault et sa méduse ras d’ô dans le gilet de sauvetage. Plongeons dans l’amour jusqu’au cou, si ça tourne on ira tout droit sans s’attarder au rétro !

Niala-Loisobleu

29 Octobre 2015

https://www.youtube.com/watch?v=tRo-blKqQuE

LA MER MORTE


29.10.15 - 1

LA MER MORTE

Raie dans les cheveux
du marais
un chenal
à flancs de vase
s’ouvre entre les yeux du vent

Spartiates
au creux des dunes
des pilotis
appontent
des cabanes à senteur de goudron

Couchées sur le dos
les aiguilles de pins
se donnent aux palisses
sans rien retenir de la lise

Mouvances du sable nauséabond
Entre les orteils sales des oyats, passe le chant noir d’une sirène,

l’appeau tendant son piège déguisé de blanc

Ma langue est restée longtemps au soleil
A courir entre les fleurs de sel
Muqueuse infatigable
refusant l’ironie du sort

Là où pousse l’écume
ils ne pipent mots
aux chants de la sirène
opinant de la crête
la mémoire vide plein la cale

Il se pourrait que de sales idées
attisées par les feux d’artifices
naufragent la liberté

Des encres au poids niais
j’ai la répugnance du matricule tatouage
portant le costume rayé de l’espérance

Dis-moi
si la colère de l’amer
crachant une vague plus haute qu’un peuple couché
balayait, coulait, engloutissait tous les faiseurs de politique de la perte, les prédicateurs d’ordre nouveau, cette Marine-Salope qui drague le bas-fond de la dignité humaine
Dis-moi que cette vague n’aurait rien de scélérate
naisse pas ma mer ?

Niala-Loisobleu
29 Octobre 2015

ssssssssssssss

https://www.youtube.com/watch?v=qOm9D46MHuY

COMMENT PUIS-JE ?


tumblr_ns1x0n5qtM1qzquyeo1_500_Art by Janus Miralles

COMMENT PUIS-JE ?

Comment puis-je

que mon bleu ne t’aime qui m’ose

au début J’ai rien d’mandé

pourtant de v’nir au monde c’était vouloir

garder le goût de l’ô

âme-néo-tic

J’suis qu’une feuille à écrire

aux nervures sans machine

à la main

Comment puis-je leur dire

vivez d’abord et na mourez

quelques immortelles entre les dents….

Niala-Loisobleu

28 Octobre 2015

essai_impression_1_violence_by_redzamfeel-d9d2i02

https://www.youtube.com/watch?v=ODG2dCwnr00

Chanson du vis trié où le solfège selon Facebook


Chanson du vis trié où le solfège selon Facebook
N’importe qui se retrouve sur Facebook. Haut-lieu du partage actuel, site sot-cial par excellence.
Aussi, l’éminence a revu tous les fondamentaux de la Beauté en fonction du n’importe quoi de ses adeptes-rois. On a connu l’hérésie des anciens pionniers du genre qui fixèrent ce qui est digne de respect et ce qui fait offense à la bonne conduite.en rejetant des oeuvres que les musées exposent au public, des écrits d’écrivains et poètes universellement connus et reconnus, que dans le monde entier les écoles incluent dans leurs programmes d’enseignement scolaire, des oeuvres appartenant à toutes les disciplines artistiques, bref en un mot refondant toute l’Histoire de l’Humanité sur les critères de sa propre décadence actuelle.
Il suffit d’une dénonciation d’un coincé(e) pour mettre un membre au ban et lui supprimer sa parution.
Bien entendu le tout au nom de la liberté d’expression….revue et corrigée par le nouveau dogme qui fait de la barbarie un système de formation pour l’avenir. Sont donc considérés comme ne présentant aucun danger, l’incitation à la haine, par tous ses canaux de propagation.
Couper la tête d’un indigne d’extrémistes illuminés, et la montrer en photo sur son profil est autorisé. Vu le développement du genre, je serais tout prêt de penser que c’est recommandé…S’y ajoutent les scènes de persécutions envers des femmes. Le recrutement de pauvres égarés par un toile d’araignée qui tisse large. Le moyen de se procurer armes, drogues, enfants et animaux dociles. La prostitution…etc…
12188492_10206924777832342_2125923355_n
Enfin merde, arrêtes ton char Facebook, aujourd’hui tu me fous le bouilli pour avoir épinglé Jean Diharsce et Marc Lagoutte, deux êtres plus que dignes de respect, sous prétexte d’avoir fait paraître la photo que je mets dans le présent article.
Elle est belle cette image
Photographiquement parlant
Elle n’est que Poésie d’un bout à l’autre
cette
FEMME JE L’AIME D’EMOTION TOTALE
elle crie en silence
la propreté d’un corps symbolisant ce qui est le plus Beau
dans un environnement porteur d’ouverture
ce n’est pas un crachat porno de votre cru
c’est un
HOMMAGE à la VERTU
Cette censure est une hypocrisie réac du plus bas étage. Je la réfute et la conteste au nom de ce qui constitue l’esthétique irréfutable d’une architecture de l’Esprit, spiritualité qui fait défaut  chez Facebook.
Mon père spirituel j’en appelle encore à ta transparence, chante-leur le Vitrier :
CHANSON DU VITRIER
Comme c’est beau
ce qu’on peut voir comme ça
à travers le sable à travers le verre
à travers les carreaux
tenez regardez par exemple
comme c’est beau
ce bûcheron
là-bas au loin
qui abat un arbre
pour faire des planches
pour le menuisier
qui doit faire un grand lit
pour la petite marchande de fleurs
qui va se marier
avec l’allumeur de réverbères
qui allume tous les soirs les lumières
pour que le cordonnier puisse voir clair
en réparant les souliers du cireur
qui brosse ceux du rémouleur
qui affûte les ciseaux du coiffeur
qui coupe le ch’veu au marchand d’oiseaux
qui donne ses oiseaux à tout le monde
pour que tout le monde soit de bonne humeur.
Jacques Prévert
_______________________________________________
Niala-Loisobleu
26 Octobre 2015
PHO

ÉCHAPPEMENT LIBRE


Pourquoi devraient-elles répondre à un critère 

ces petites lumières qui dansent dans mon pas ?

Il n’y a qu’un moment du cœur pour la permanence

N’importe lequel

+ tous les autres

Je vais faire les vitrines de Toi

Hein si je veux ?

Ben t’imagines 

Du tambour a l’arrière-boutique et ouvert m’aime le DImanche

Inventaire quotidien

Ta couleur de zieux non à vendre

Aréoles au centre et bal musette

Chui-ci qui pointe le premier au triangle emporte la première manche

Gage au choix

Pour les essayages votre cabine est sur le pont principal

Excursions musicales de vie au long

sans pose de cadenas… 

Niala-Loisobleu
26 Octobre 2015