DROÎDE SONG


Saatchi Art Artist Fiona Maclean; Painting, “Redhead”

DROÎDE SONG

Droïde équalisé sans désir ni chaleur
Avec mes sentiments sur microprocesseurs
Parfois dans le silence obscur de mon hangar

Je déchausse mes circuits et débranche mon sonar
Bouillie d’étoiles fondues sur mes lèvres-plasma
De gargouille irradiée revenant du magma
Quand j’ai besoin d’amour ou de fraternité
J’vais voir Caïn cherchant Abel pour le plomberDans l’odeur des cités aux voiles d’hydrocarbure
Les rires sont des ratures qui s’attirent et saturent
Et j’y traîne en réglant ma radio-chimpanzé
Sur fréquence et mépris point zéro nullité
Cosmonaute du trottoir, éboueur en transfert
Je peins mes hiéroglyphes sur les murs des waters
Avant de m’enfoncer plus loin dans les égouts
Pour voir si l’océan se trouve toujours au bout

Droïde, droïde
Machine humanoïde
Aux chromosomes hybrides
Droïde, droïde
Carlingue anthropoïde
Coeur en celluloïd
Droïde, droïde
Regard Polaroïd
Schizoïde et bifide
Droïde, droïde
Rêvant d’astéroïdes
Acides et translucides
Libres
Attirées par le vide

Le jour où les terriens prendront figure humaine
J’enlèverai ma cagoule pour entrer dans l’arène
Et je viendrai troubler de mon cri distordu
Les chants d’espoir qui bavent aux lèvres des statues

.Hubert Félix Thiéfaine
il-tempo-vola-i-sogni-pure
Les lustres plafonnent leurs bougies-bougies électriques, ampoules économes qui ne pondent plus qu’en batteries. A croire qu’ils auraient réussi la mise en boîte des bandonéons, le videur du Bario filtre l’entrecuisse du tango. Plus de petits cris. Plus de soupirs, Casa Nova, vend des gadgets mad in China. L’ombre voudrait supplanter la lueur qui remue de l’aqueux à l’intérieur de mon lamparo d’âme de pêcheur. Bien sûr que rémouler c’est différent d’émousser. J’acère à rien, mais j’acère. D’une race clébard à poils raides, incompatible à la mémère et aux frisettes du caniche. Faut mordre. Râci ou pas dans le peint frais. L’amour des fois c’est bien plus là quand ça cause pas, que quand ça s’exhibe en image religieuse, pleine de chrème. La pâtisserie gourmande en pièce montée est plus menteuse que le biscuit en étape de passer à les maillages du potier.
La vérité ça se creuse avec les dents, parce que ce monde met en taire ce qu’il faut sauver. je te germe en vert et contre tout. On l’aura ce halo, m’aime si la lune est rouge et qu’on est de bleu.
Niala-Loisobleu
28 Septembre 2015
The depth of play