MATISSE PARLE


tumblr_kvvyzcgl3J1qz6f4bo1_500

MATISSE PARLE

Je défais dans mes mains toutes les chevelures
Le jour a les couleurs que lui donnent mes mains
Tout ce qu’enfle un soupir dans ma chambre est voilure
Et le rève durable est mon regard demain

Toute fleur d’être nue est semblable aux captives
Qui font trembler les doigts par leur seule beauté
J’attends je vois je songe et le ciel qui dérive
Est simple devant moi comme une robe ôtée

J’explique sans les mots le pas qui fait la ronde
J’explique le pied nu qu’a le vent effacé
J’explique sans mystère un moment de ce monde
J’explique le soleil sur l’épaule pensée

J’explique un dessin noir à la fenêtre ouverte
J’explique les oiseaux les arbres les saisons
J’explique le bonheur muet des plantes vertes
J’explique le silence habité des maisons

J’explique infiniment l’ombre et la transparence
J’explique le toucher des femmes leur éclat
J’explique un firmament d’objets par différence
J’explique les rapports des choses que voilà

J’explique le parfum des formes passagères
J’explique ce qui fait chanter le papier blanc
J’explique ce qui qu’une feuille est légère
Et les branches qui sont des bras un peu plus lents

Je rends à la lumière un tribut de justice
Immobile au milieu des malheurs de ce temps
Je peins l’espoir des yeux afin qu’Henri Matisse
Témoigne à l’avenir ce que l’homme en attend.

1947 Louis Aragon. (1897-1982)

henri-matisse (1)

AUTRE DIMANCHE


0d21ad2c4d2d6c0f34bb3d0ace5945ff

AUTRE DIMANCHE

Puisque me voici debout, autant dire que c’est purement volontaire. J’ai dormi sans être inscrit au mondial de rugby, avec mes dés mêlés, mes gnons et mes bleus (les mauvais d’un côté et les bons sur le dessus).

Actuellement la nuit est plus fatiguée qu’hier. Elle traîne plus longtemps au lit. Avant de pouvoir vérifier si dans le jardin, rien ne manque, je compte sur mes doit faire mieux, et trempe ma tartine dans le cas fait, rasséréné. Sans attendre que le jour se lève.

Ces jours sont transitoires. Le fil étant plus mou, ça joue sur la hauteur des marches devenue variable. L’humidité dans l’huile à rouages sépare aussi la cadence en mouvement différentiel, alternatif, suivant l’heur où ce qu’on met dans la casserole va faire bouillir ou cramer l’aqueux du cha qui se passe.

Ce qui expliquerait les sautes.

Les radars prennent dans les deux sens la vitesse de la double pénétration. Chronos est un voyeur qui se contente plus que du trou des serrures. Je ne montre pas mon cul à tous les passants, me rappelant la chanson qui m’a gardé petit. La mémoire n’a pas que ses mauvais côtés.

Pas besoin de brocantes à répétitions pour remonter le tant. Pas plus que de jours du patrimoine pour cacher la vétusté de notre mentalité. L’air godiche des voyeurs visitant l’Elysée, ça ne peut qu’inciter les hâbleurs des conseils ministériels à en remettre une couche dans la farce.

La mer vu d’automne ça a le palier qu’il faut respecter dans la plongée, quand l’ô remonte, pour ne plus suffoquer. La résine des pins orgasme naturel dans le pot de gemme (en patois: de j’aime) tandis qu’aux criées le prix de la morue baisse. Un peu comme les sens.

Normalement entre deux averses, je devrai pouvoir faire mon midi plancha avant de laisser la cabane aux bons soins des oiseaux de mer.Sel oblige.

Niala-Loisobleu

20 Septembre 2015

31c193250dade67ad99988ff029c7b16

https://www.youtube.com/watch?v=U5c6LrDS73w

.